Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Super Djéné !
Super Djéné !

"Montpellier, c'est une autre dimension physique" ne pouvait que constater Cécile Piccin après l'élimination d'Arras en demi-finale de la Coupe de France face au deuxième du championnat (64-80).

Les Demoiselles, après un début difficile, ont brillamment résisté en première période. Si Godin, impressionnante d'adresse en début de rencontre, ouvrait les hostilités, les Artésiennes trouvaient des réponses par Diawara, royale dans la peinture (27 points, 13 rebonds et;.. 36 d'évaluation !) et Rooney. Lucas, surveillée par la défense adverse et, semble-t-il, quelque peu émoussée, se transformait en passeuse pour sa meneuse. L'Australienne, décevante mardi contre Basket Landes, assurait dans les 20 minutes initiales (13 de ses 17 points). " C'était prévu. Comme notre Américaine est serrée et prend des brins durant tout le match, il fallait responsabiliser les autres joueuses, dont Erin. De toute façon, il nous faut avoir plusieurs sources de danger à l'extérieur" analysait la coach arrageoise, satisfaite de cette mi-temps :" Nous avons fait jeu égal avec elles." A la pause, malgré quelques maladresses et une dernière possession mal négociée, les locales pointaient à - 5 (39-44).

Erin Rooney a signé une grosse première mi-temps
Erin Rooney a signé une grosse première mi-temps

A retour des vestiaires, le scénario changea. Les visiteurs haussèrent le rythme, augmentèrent l'intensité des débats et durcirent leur jeu. "Elles font 18 fautes et nous sept, car elles peuvent se le permettre ; nous, si on en fait autant, on ne finit pas la match à cinq ! Notre manque de rotation nous oblige à défendre sans commettre de fautes" constatait Cécile Piccin. Dans le sillage d'une O'hea injouable ("elle es forte dans la raquette et adroite à trois points ; elle nous pose un problème de taille ; c'est une ailière plus grande que nos intérieures. Sans Ploffe, il est impossible de la contenir"), Montpellier se détacha grâce à un 0-7 (43-48, 22', puis 43-55, 23') suivi d'un 0-8 (45-57, 24' puis 45-63, 26'). A l'issue du troisième quart temps (51-68), le match était plié. "Plus ça avançait dans le match, plus c'était dur ! Elles accélèrent alors que nous restons à la même vitesse. Et, physiquement, c'est difficile : nous sommes des chicken et elles des.... lionnes ! A chaque contact, nous tombons."

Tag(s) : #Coupe de France 2014-15

Partager cet article

Repost 0