Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Nous ne sommes pas assez dures !"

Arras a concédé contre Lyon sa cinquième défaite (57-72) en autant de journées et, conséquence logique, reste scotchée dans les bas-fonds du classement, à l'avant-dernière place, juste devant Calais. "J'espérais vraiment battre Lyon, une équipe à notre portée. Sur ce match-là et les trois suivants, je visais trois victoires. Notre joker est grillé" admettait Cécile Piccin pour qui, toutefois, "il n'y pas le feu. Nous savions depuis le début que cette saison serait une opération commando."

"Nous ne sommes pas assez dures !"

Deux chiffres expliquent la défaite des Demoiselles : Lyon a capté 23 rebonds offensifs et Arras a perdu la somme impressionnante de 30 ballons ! Sur chaque montée de balles, Alix Duchet (6 pertes) et Élodie Mendy (7) ont été agressées, prises par deux adversaires et mises en difficulté. "Certaines filles sont trop frêles" jugeait la technicienne. Comme de nombreuses maladresses - passes hasardeuses, manque d'attention... - sont aussi à noter, les Artésiennes ont perdu bien trop de munitions pour espérer l'emporter. "Nous ne sommes pas assez dures, alors que Lyon est agressif durant 40 minutes. Nous sommes gentilles - nous sommes des dauphins ! - nos adversaires ne le sont pas !" constatait Cécile Piccin, bien consciente, aussi, qu'"il faut prendre des rebonds pour gagner des matchs." Ainsi, malgré 33% de réussite au tir, Lyon a pu bénéficier d'innombrables deuxièmes chances grâce à sa domination sous les panneaux, œuvre du duo Ervin (16 points, 13 rebonds) - Williams (21 points, 10 rebonds). "Nous, nous jouons sans poste 5, sans rebondeuse".

"Nous ne sommes pas assez dures !"

Malgré tout,Cécile Piccin a vu des points positifs. Ses protégées, comme à Angers, n'ont pas hésité à prendre les shoots - à près de 40% de réussite - et se sont montrées combattives. Elles ont ainsi, par instants, enflammé les débats pour se rapprocher de leur adversaire qui, à l'exception des 30 premières secondes, a toujours fait la course en tête. Mais ces coups d'éclat, synonymes de surrégime, ne duraient guère.

Album photos :Au pied du beffroi, des stades

Tag(s) : #Championnat 2015-16

Partager cet article

Repost 0