Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hervé Dubuisson, un géant du basket français

Aujourd'hui sort "Une vie en suspension" (aux éditions Ipanema, de Stéphanie Augé, préface de Nicolas Batum, postface de Vincent Collet) la biographie d'Hervé Dubuisson, une légende du basket français.


"Dans un basket encore très terrien, il avait déjà l'élévation, voire le hang time, cette suspension qui n'existait pas mais qu'il avait déjà inventée." Cette phrase de Vincent Collet décrit non seulement la technique d'Hervé Dubuisson, son jeu aérien, auto délivré des contraintes défensives, au shoot limpide mais s'applique aussi à sa vie, menée à un rythme effréné, dans une quête constante du plaisir... parfois au détriment de sa carrière sportive.
"Dub", s'il ne compte a son palmarès que deux titres de champion de France, conquis en 1978 et 1979 avec Le Mans, cumule les records personnels, preuve de son incroyable précocité, de sa sidérante longévité et de son talent fulgurant. Titulaire avec Denain en Coupe Korac à 14 ans et 10 mois, et en première division à 15 ans et 2 mois, il est appelé sous le maillot bleu à 16 ans et 9 mois. En équipe nationale, il inscrira, en 296 sélections, 4601 points. Il foulera les parquets jusqu'à plus de 41 ans, avec un ultime défi sous les couleurs de Montpelllier après une expérience de coach mitigée à Antibes. Meilleur marqueur français du championnat à 8 reprises, il a inscrit 12559 points dans cette compétition. Ce vertige des chiffres se retrouve aussi dans sa vie privée. Avant de connaître l'amour majuscule avec sa femme, la grande basketteuse franco-bulgare Madlena Staneva, Dubuisson, aspiré par les sunlights de la Côte d'Azur puis de Paris, multiplie les conquêtes, de préférence grandes et blondes. "A vrai dire, je ne faisais pas grand chose... Quand vous êtes connu, de surcroît basketteur, les filles viennent à vous" modère la star, figure de la nuit des années 80/90, qui fut un temps mannequin.
Shooteur compulsif, habité d'une sidérante confiance en lui, le gars du Nord a eu la révélation de son don dans le gymnase de Thumeries... puis a connu une ascension facile et vertigineuse. Son parcours débute à Denain, en 1973, se poursuit au Mans, de 1975 à 1980, puis à Antibes (1980-82) avant de le mener à Paris (au Stade Français puis au Racing). Sa carrière bifurque alors vers des clubs de moindre standing - Sceaux, Gravelines et Nancy. Chaque saison est parsemée d'exploits, de matchs mémorables, de performances individuelles hors du commun... mais, collectivement, plus aucun titre ne tombe dans le filet de Dubuisson, qui embrasse, à la surprise générale, la carrière de coach (à Montpellier en 1996, Antibes et Nancy) avant de voir sa vie bouleversée, le 10 mai 2001, par un accident.
Le récit de ce choc entre la moto du sportif et une voiture à jamais non identifiée ouvre la biographie. Dubuisson, jusqu'alors couvé par une bonne étoile généreuse, traverse une période sinistre, entre graves troubles du cerveau, trahisons familiales, souffrances physiques et problèmes financiers. Dub est alors, réellement, entre la vie et la mort, en proie à une sévère dépression. Heureusement des amis fidèles - Tiburce Darou, Xavier Le Cerf - et Madlena veillent sur lui...
"Une vie en suspension", biographie qui fait la part belle aux témoignages toujours élogieux des grands noms du basket, permet de découvrir une époque où la basket, quoique professionnel, restait une aventure humaine, loin des carcans de l'époque actuelle. Ainsi Dubuisson, recruté par les Nets, découvre, en 1984, l'univers impitoyable des Summer Camps NBA... et se trouve confronté à un univers radicalement différent de son quotidien français. De même, l'épisode de la piteuse campagne olympique de l'équipe de France en 1984, à Los Angeles, est savoureux... comme de nombreuses anecdotes relatées au long des 216 pages d'un livre qui se lit d'une traite.

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0