Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A l'issue de la victoire (71-66) d'Arras contre Toulouse - la sixième d'affilée - Sabrina Reghaïssia, en bonne capitaine, a prévenu ses coéquipières : "il faut respecter les consignes ! A force de jouer avec le feu, on va finir par se brûler !". D'un ton sec, elle résumait parfaitement le déroulé d'une rencontre que les Demoiselles auraient dû emporter largement... et qu'elles ont failli perdre.

Face à une équipe amputée de nombreuses joueuses, blessées,  les Artésiennes signent une excellente entame (10-0, 3'). "C'était une bonne entame, avec de la concentration, de l'application", apprécie Quentin Buffart. Après un temps mort, les Sudistes se ressaisissent mais l'écart entre les deux formations demeurent criants. Seules l'Américaine Wallace (26 points, 9 rebonds pour 26 d'évaluation) et, à un degré moindre, Nayo, évitent un naufrage complet au TMB qui multiplie les pertes de balle (22 au total). Lloyd et M'Bomi se régalent à mi-distance, Constant et Koné s'imposent dans la raquette et Konaté gère intelligemment, alternant jeu à l'intérieur et passes vers les ailes. Quentin Buffard fait tourner son effectif, avec les entrées de Mulumba et Mara, donne du temps de jeu à Reghaïssia, de retour de blessure. Arras déroule ainsi jusqu'à la mi-temps (48-27) après avoir compté jusqu'à 23 unités d'avance (44-21, 18'). 

Galerie photos : Au pied du beffroi, des stades

Si Toulouse réagit quelque peu dans le troisième quart temps, sans toutefois se montrer réellement inquiétant, le match bascule dans les dix dernières minutes. Les visiteuses signent un 10-0 (60-44, 30' puis 60-54, 33'), interrompu par une interception de Konaté. Alors qu'Arras abandonne son jeu collectif au profit d'un individualisme déplacé, leur adversaire recolle au score (64-64, 37') et a même l'opportunité de passer devant. La fin de match est intense (66-66, 39'). Lloyd tremble au lancer franc (1 sur 2, 67-66, 39') avant que Constant n'offre un peu d'air aux siennes (69-66, 39') et que Konaté ne scelle la victoire (71-66, 40'). Ouf...

"Nous devons mieux maîtriser. Nous ne devons jamais nous faire peur ainsi. Les attitudes ont changé en deuxième mi-temps, ce qui est regrettable. Nous nous sommes décomposés, nous avons plongé, nous avons manqué de caractère. C'est inquiètent car ce n'est pas la première fois", pestait le coach.
 

Tag(s) : #Championnat 2016-17

Partager cet article

Repost 0