Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arras 2-1 ACBB (1-1)

Temps froid, neige, terrain gras.

Buts : Aït Bouhou (13') et Bernard (SP, 48') pour Arras. Sanches (11') pour l'ACBB.

Avertissements : Aït Bouhou (55') et Diallo (58') pour Arras. Konté (35') et pottier (90' + 2')

Arras : Crombez - Eckmayer, Razak, Dzierzynski, Delaine (puis De Barros, 85') - Deledeuil, Aït Bouhou, Steppé - Diallo (puis Lamiaux, 90' +2'), Herbaut, Bernard (cap) (puis Boumahammad, 74'). Non entrés : Abeddou, Meunier. Entraîneur : Dabrowski.

ACBB : Baque - Mendy, Konté (cap), Paupin - Diangy (puis Diarra, 74'), Sanches, Pottier, Alledji, Partouche (puis Bouyer, 69') - Chalali, Baradji (puis Zambi, 78'). Non entrés : Delgado, Caraux. Entraîneur : Benarib.

Au terme d'un "gros match", dixit Reynald Dabrowski, jouée dans des conditions dantesques Arras est venu à bout de Boulogne-Billancourt, le dauphin de Saint-Maur. Les Artésiens, qui renouaient avec la compétition après presque deux mois sans match officiel, ont souffert durant les premier et dernier quart d'heure mais ont livré une heure consistante, parfois enthousiasmante. Si leur début délicat a été sanctionné d'un but (0-1, 11'), ils ont réagi aussitôt par Aït Bouhou (1-1, 13'), suite à un gros travail de Diallo. Ils ont aussi eu la chance, au terme de trois minutes débridées, de voir la frappe de Partouche frôler le poteau de Crombez (14').

Les partenaires de Bernard, promu capitaine en raison de la présence de De Barros sur  le banc, ont ensuite dominé. Sur le côté gauche, la paire Delaine - Bernard combinait à merveille et torturait la défense à trois des banlieusards. Sur un centre du second, Herbaut voyait sa tête magistralement claquée sur sa barra par Baque (43'). "Nous avons livré une bonne fin de première mi-temps. A la pause nous aurions pu mener", analysait l'entraîneur arrageois.

Dès le retour des vestiaires, Diallo, capable d'actions magnifiques comme d'errances individualistes, obtenait un penalty généreux que Bernard transformait (2-.1, 48'). Dès lors, les visiteurs monopolisaient le ballon, changeaient régulièrement de système au gré des remplacements et finissaient même avec l'imposant défenseur central Konté en pointe. L'AFA, en souffrance physique à l'image des crampes de Delaine, résistait vaillamment, s'appuyant sur un "bloc défensif solide, qui a eu d'autant plus de mérite que nos centraux étaient souvent en un contre un car l'ACBB jouait avec ceux attaquants". Le coup de sifflet final, après cinq longues minutes d'arrêt de jeu, sonnait comme une délivrance.

Tag(s) : #Football, #AFA

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :