Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 18 avril, Mylène Jerent est arrivée à Arras en provenance de la Guadeloupe. Elle vient en métropole pour assister, samedi à Bercy, à la finale de la Coupe de France cadettes à laquelle prendra part sa fille, Marylène Albert. « Je suis déjà venue six fois en deux ans. Là nous allons passer la semaine ensemble, je vais assister aux entraînements », détaille-t-elle avant d'ajouter, un soupçon de fierté dans la voix : « quand je suis là, elle est plus sûre d'elle ». « C'est surtout de la pression en plus quand ma mère est dans les tribunes. Je veux m'appliquer davantage pour ne pas qu'elle ait fait le déplacement pour rien », nuance Marylène dans un sourire.

Complices, les deux femmes s'appellent régulièrement, notamment avant et après les matchs. « On communique beaucoup, on parle de tous les sujets, notamment de l'école. Pour le basket je lui dis d'être positive et je lui rappelle de bien faire ce que le coach lui demande ».

A Arras depuis ses 15 ans, Marylène a fait beaucoup de sacrifices pour tenter sa chance dans le sport. « J'étais dépaysée. Ça change de la Guadeloupe, notamment le froid ! Mais je me suis vite intégrée grâce aux supporters, aux coachs, aux bénévoles... Au départ, ma mère n'était pas très chaude, mais elle a fini par accepter ». Mylène acquiesce : « au début je lui disais qu'elle pouvait encore attendre deux ans avant de nous quitter, mais elle savait ce qu'elle voulait ! Elle m'a dit : « non, c'est maintenant ! ». C'était difficile pour moi... ».

Ce choix était le bon. "Je me dis que je ne suis pas venue pour rien", savoure la jeune joueuse. Madame Jerent, émue, se souvient du coup de fil de sa fille à l'issue de la qualification d'Arras pour la finale : « Elle m'a dit : « maman, on est à Bercy ! » ».

Tag(s) : #Basket, #Arras Pays d'Artois, #Cadettes

Partager cet article

Repost 0