Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Evans.jpg

Dawn Evans a signé son meilleur match sous le maillot arrageois :

15 points (dont 3/4 à trois points), 6 rebonds , 4 passes et une envie constante de bien faire.

 

Bacharova.jpgRadi Bachorava, présente dans le cinq majeur, a prouvé

u'elle méritait la confiance de Thibaut Petit.

 

"C'est vraiment dommage, nous sommes passés tout prêt !" regrettait Thibaut Petit à l'issue de la défaite concédée face à Kosice (67-70) par des Demoiselles sublimes d'orgueil et d'envie. Les Arrageoises, pour cette première à Tételin en Euroligue, voulaient effacer leur terne prestation toulousaine qui avait conduit à un naufrage "pas du tout professionnel" d'après leur coach.Qu'a-t-il manqué à Arras, encore à + 10 à l'entame de la dernière période (60-50, 32') ? De l'essence tout simplement, de l'énergie pour tenir jusqu'à la fin de cette partie endiablée, disputée sur un rythme intense. "Le quatrième quart temps nous tue. Nous étions au bout du rouleau et nous n'avons pas su le cacher à notre adversaire. Nous avons alors perdu trop de ballons à cause de la fatigue ; c'est ce qui fait la différence. Nous avons joué à sept !" expliquait l'entrâineur, qui a accordé peu de tGomis.jpgemps à Touré et a vu Badé se blesser (béquille) sur sa première action. Les remplaçantes visiteuses ont pesé 31 points, les locales 9 ! "J'ai un peu perdu la tête sur la fin" s'en voulait Jo Halilovic, les traits tirés, qui se souvenait d'une ou deux pertes de balle dans les dernières minutes, ombres timides et cruelles d'une rencontre où elle a flambé.

"Quand nous étions menés de dix points, nous savions que nous pouvions revenir car nous ne jouions pas notre meilleur basket" affirmait l'ailière Sverrisdostir qui avouait toutefois avoir vécu "un match dur." Kosice, en grand danger, a alors imposé une pression haute et  serré sa défense. Les Slovaques ont provoqué des fautes (cinq collectives à six minutes du terme pour Arras) grâce à l'expérience de leur intelligente meneuse Bojovic et n'ont pas tergiversé sur la ligne des lancers francs. Un trois points de Sverrisdottir, efficace durant toute la partie (17 points dont un 3/4 au shoot primé), leur a permis de passer devant (65-66, 39') puis de gérer habilement le money time. Quand Halilovic a redonné l'avantage aux siennes (67-66, 40'), les visiteuseDijon.jpgs n'ont pas tremblé. Quatre derniers lancers francs leur ont donné la victoire (67-70). 

Mais, avant cette fin qui a rendu Tételin silencieuse - des anges venus de l'est étaient passés - Arras avait brillé dans trente premières minutes de toute beauté. Les deux équipes rivalisaient d'adresse (51,5% de réussite pour Arras, dont 60% à trois points et 57% pour Kosice), s'engageaient de tout leur coeur, de toute leur âme dans des débats brûlants. Dommage que la salle n'ait été rempli qu'aux deux tiers pour assister à ce spectacle de haute tenue... Avec quatre joueuses à plus de dix points (15 pour Evans, adroite, 13, agrémentés de 7 rebonds pour Ajanovic, vaillante, 12 pour Halilovic et 10 pour Bacharova, précieuse), les Artésiennes ont montré leur plus beau visage, d'autant plus beau qu'il était marqué par une rage de championnes. "Nous sommes en progrés. Notre collectif s'améliore. Je suis fier de notre évolution. Surotut, les filles n'ont pas triché, elles ont montré nos valeurs " appréciait Thibaut Petit après cette défaite "qui fait mal mais est encourageante.

A la pause, Arras pointait en tête de cet impitoyable mano a mano (43-42). Au retour des vestiaires, les Demoiselles accéléraient encore, tourmentaient leurs hôtes et se détachaient. Halilovic volait des ballons pour les offrir à ses partenaires. Carmona, agressive en diable, concrétisait ses offrandes (5 de ses 7 points dans le troisième quart). La salle, enfin bouillante, y croyait, se prenait à rêver à l'improbable exploit, à un succès contre une formation qui prétend au top 3 du groupe (58-48, 30'). Mais la fatigue allait planter son couteau dans les reins artésiens...

 

 

Panneaufaute.jpg

En fin de match, Kosice a souvent poussé Arras à la faute.  

L'expérience de l'un, la fatigue de l'autre et les

lancers francs leuvent sur les Demoiselles.

 

DuelGomis

La meneuse  Milijana Bojovic, qui défend ici devant Jo Halilovic, a pesé dans le

dernier quart temps, imposant son rythme au match.

Tag(s) : #Euroligue 2012-13

Partager cet article

Repost 0