Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ArrasSchio-5346.JPG

Sous l'oeil de Cécile Piccin et Marc Silvert, les Demoiselles communient

après la victoire  fondatricecontre Schio

 

 

Le fameux choc psychologique lié au changement d'entraîneur a bien eu lieu à Arras. En grande difficulté depuis le début de la saison, les Demoiselles, sous les ordres de Marc Silvert, ont redressé la tête. Elles peuvent de nouveau croire au maintien. Comment expliquer cette résurrection ? Le choc n'a-t-il été que psychologique ?

Les Arrageoises montrent, enfin, de l'agressivité, voire de la hargne, à l'image des très chauds duels qui ont parsemé le match contre Schio. Dijon, guerrière remarquable, n'était plus la seule à aller au combat ; elle a été suivie par Carmona, Malashenko ou Evans. Le public ne s'y est pas trompé. Parfois discret ces derniers temps, comme anesthésié par les mauvais résultats, il a de nouveau donné de la voix et du tambour mercredi.

Le nouvel entraîneur, qui se présente comme « un spécialiste de l'embrouille », a surfé sur cette envie retrouvée pour proposer des schémas défensifs variés. «Comme les filles ont la bonne attitude, je vais leur amener l'aptitude tactique » affirme-t-il. Face aux Italiennes, les partenaires de Krissy Badé ont alterné quatre systèmes, réduisant leur adversaire  à 29% de réussite. Dans le dernier quart temps à Mondeville, alors que les Normandes semblaient se diriger vers la victoire, le coach a fait passer ses troupes en individuelle...avec succès !

Offensivement, les Artésiennes ont aussi réussi de belles choses. Leur jeu collectif semble plus abouti, mieux maîtrisé, à l'image des performances d'Evans. La meneuse, parfois suppléée par Touré et non plus par Mendy, a délivré 5 passes décisives contre Schio et... 11 contre Mondville, où les Demoiselles n'ont perdu que 10 ballons. En Normandie, Marc Silvert avait demandé à ses protégées de pousser leurs rivales à la faute. Il a été entendu : les visiteuses ont obtenu 32 lancers francs et en ont converti 29, dont, surtout, les dix derniers dans les ultimes et décisives secondes. Evans a signé un impeccable 11/11 dans cet exercice. Cette réussite a compensé une certaine maladresse au tir (39%).

ArrasSchio-5317.JPGCertaines joueuses évoluent désormais à un niveau en adéquation avec leur talent, comme Evans ou Malashenko. L'Ukrainienne, jusqu'alors médiocre, a livré deux rencontres haut de gamme. Avec 16 points, 7 rebonds et une présence constante, elle a pesé contre les Italiennes. En championnat, malgré trois fautes concédées rapidement, elle a brillé de nouveau (19 points, 7 rebonds et 23 d'évaluation). Avec Sandra Dijon (15 rebonds, 14 points mercredi et 9 rebonds, 14 points samedi), elle forme désormais un solide duo intérieur. Dans ce secteur, le retour d'Akonga s'est aussi avéré précieux. Présente à l'entraînement depuis fin décembre, elle a apporté une réelle contribution (11 points, 7 rebonds en 16 minutes) à la victoire à Mondeville.

Comme les résultats du week-end ont été favorables (défaite de Charleville, Aix, Villeneuve et du Hainaut), Arras gagne du terrain dans la course au maintien. Il ne compte plus que deux victoires de retard sur les premiers non relégables. A neuf journées du terme du championnat, sept succès semblent toutefois encore nécessaires. La mission reste difficile... mais elle n'est plus impossible !

ArrasSchio-5331.JPG

Le nouveau visage d'Olesia Malashenko ?

Tag(s) : #Championnat 2012-13

Partager cet article

Repost 0