Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo 043

Bourges, une intensité physique de tous les instants

 

Dimanche, les Demoiselles joueront la finale, leur finale, celle de tout un club, de toute une ville. Plus de 600 supporters, rose du cœur à la tête, seront avec elles, un fol espoir chevillé au corps. « C'est uneperformance d'arriver à ceniveau. C'est une grande première » insiste Jean-Louis Monneret qui réalise enfin son fantasme d'entrer à Bercy par la fameuse « porte32 », celle des artistes et des sportifs appelés à dompter leurs peurs pour toucher leur rêve.Obs 044

Les Arrageoises seront face à Bourges mais surtout face à elles-mêmes dans la quête d'un impossible exploit, dans l'envie d'une ultime entorse à la logique. « C'est une équipe decoupe... et de coups » souligne  Jean-Louis Monneret en écho aux propos de Thibaut Petit qui évoque le Kinder Surprise pour décrire son groupe :« On ne sait jamais ce que ces filles vont nous réserver ! » On le sait d'autant moins que la plupart des Demoiselles ne porteront plus le maillot artésien la saison prochaine. Livreront-elles le spectacle d'une armée espagnole en déroute, chacune s'efforçant de se mettre en valeur individuellement, d'attirer à elle seule la lumière des projecteurs ? Non, mille fois non ! La solennité de l'événement et du décor, le professionnalisme et l'état d'esprit de ces filles les pousseront à faire corps, à mêler leurs forces pour résister au rouleau-compresseur berrichon. Seuls l'union et l'effort commun pourront laisser un espoir de victoire face à l'armada tango, impitoyable machine qui détruit peu à peu son adversaire, aspire son énergie pour le laisser exsangue, lesyeux exorbités, la langue pendante. « Notre tâche sera difficile... mais, même si on a deux chances sur dix, tout est possible ! Bourges, c'est une défense incroyable, comme on l'a encore vu lors de la finale du championnat contre Montpellier. Les Berruyères dirigent le match, imposent leur rythme. A nous de le casser ! Ce sera compliqué ! » analyse succinctement Thibaut Petit.  Arras, après une coupure d'une quinzaine de jours, a repris l'entraînement depuis le 4 mai. « Nous avons laissé du repos aux filles pour qu'elles soient fraîches. on repart comme en présaison. La reprise physique est progressive... mais il y a quand même de petits pépins : le dos de Regahaïssia, la rotule de Tchangoue. Le travail se fait dans une très bonne ambiance » apprécie le coach qui conjugue sérieux et plaisir. « Il faut savourer, la préparation comme le match qui s'annonce. A nous de faire rêver les supporters, de donner du bonheur à tout  le monde ! » Pour rester dans cet état d'esprit, l'entraîneur ne se focalise pas sur les absences de Mitchell et Akonga :« Ce n'est pas la peine de se lamenter, c'est comme ça, même si je trouve que le règlement qui ne permet pas de prendre un joker pour remplacer une joueuse enceinte n'est pas logique... »

Les Arrageoises entreront donc à neuf (Krissy Badé, Joyce Cousseins-Smith, Nadia Grishaeva, Adja Konteh,Gabriela Marginean, Sabrina Reghaissia, Alex Tchangoue, lesdeux jeunes Joelly Belleka et Juliana Mialoundama) dans l'arène pour vivre ce « moment important de l'histoire du club, similaire à nos premières rencontres en Ligue et en Eurocoupe » comme le souligne Jean-LouisMonneret.

Photo 056En l'absence de Leilani Mitchell, ce sera à Joyce Cousseins-Smith de tenir la barre !

Tag(s) : #Coupe de France 2011-12

Partager cet article

Repost 0