Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Arras-Perpignan-5842.JPG

Olesia Malashenko a été l'atout maître d'Arras

 

En venant à bout de Perpignan (71-55), Arras a certes abandonné la lanterne rouge au Hainaiut mais reste à trois victoires de la douzième place, synonyme de survie. Les succès de Charleville (contre Toulouse) et de Mondeville (à Lyon) laissent les Demoiselles en situation précaire. Mais, après la purge de mardi et la défaite indigne face à Toulouse, elles ont au moins montré de l'envie et une certaine volonté pour se réconcilier avec leur public. "Nous avons discuté cette semaine. J'ai eu des entretiens individuel avec les filles, pour leur rappeler ce qu'est un sport collectif professionnel. Et ce soir nous avons vu que notre équipe vaut mieux que sa treizième place" raconte Marc Silvert.Basket2.JPG

Pourtant, après quatre minutes de jeu, les Artésiennes semblent à la dérive. Menées 0-10 ("ça aurait pu être rédhibitoire" admet l'entraîneur) elles livrent un début de match horrible, gangréné par une maladresse effroyable. Akonga, en perdition et guère concernée (4 points à 20% de réussite et une quatrième faute commise dès la quinzième minute !) symbolise cette entame désastreuse. Mais, après un temps mort et dans le sillage d'une Malashenko en état de grâce (23 points, 11 rebonds et 29 d'évaluation), elles profitent des errements - excès de confiance ? - adverses pour revenir dans la partie. Elles prennent l'avantage sur un panier d'Halilovic (27-26, 18'). Malgré deux trois points succesifs de Lo, les partenaires de Krissy Badé restent dans la course à la pause (31-35, 20'). "J'étais agacé à la mi-temps. J'ai haussé le ton dans les vestiaires. En seconde période, nous avons fait le métier, au moins défensivement. Nous avons été présents aux rebonds et réussi des interceptions. Mais en attaque, c'est resté moyen : plein de choses ne m'ont pas plu. Nous n'avons pas pu travailler suffisamment en 5 contre 5 à l'entraînement, ce qui est important" détaille Marc Silvert. Dans le troisième quart temps, remporté 25-7, Arras, conquérant à l'intérieur et imposant un pressing tout-terrain quasi constant, dessine sa victoire. Malashenko poursuit son festival, aidée par Dijon (6 de ses huit points dans cette période) et par une Evans collective (8 passes décisives et 8 points). Halilovic retrouve ses talents de chapardeuse (7 interceptions) et du cran dans la prise de tirs (13 points). Dans une rencontre marquée par une faible adresse (38% pour les locales, 30% pour leur adversaire), ce désir de ne rien lâcher aura suffi.  les dix dernières minutes sont gérées sereinement, ce qui permet à Agblemagnon de disputer sa première minute en Ligue.

Et maintenant ? "Rien n'est perdu ! Nous devons battre Aix vendredi prochain et aller à Charleville, notre rival direct. Ce match-là sera inrattable ! Comme Charleville doit encore se déplacer trois fois, c'est jouable ! Tout se jouera peit-être à Villeneuve, sur la dernière rencontre" espère Marc Silvert.

Arras-Perpignan 5827 Parfois brouillonne mais toujours combattive, Aurélie Carmona

a été précieuse en deuxième mi-temps.

 

 

 

 

Tag(s) : #Championnat 2012-13

Partager cet article

Repost 0