Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Obs-022.jpg

 Après quelques prestations en demi-teinte, Krissy Badé a retrouvé des couleurs contre Challes

(13 d'évaluation avec 7 points, 5 interceptions et 3 passes)

 

Le match Arras – Challes vient juste de gesse terminer sur la quatrième défaite arrageoise d’affilée en championnat (63-70). Thibaut Petit semble désabusé, les yeux perdus dans la contemplation de ses mains, le visage las, l’esprit ailleurs. « Je ressens un grand sentiment d’impuissance. C’est une déception. Pour la première fois de la saison, j’ai l’impression d’être battu pas plus fort. Challes nous a été supérieur » reconnaît le technicien belge.

Avec leur cinq majeur de haut niveau, « d’Euroligue » dixit Thibaut Petit, les Savoyardes montrent une réelle maîtrise. Expérimentées, elles gèrent à merveille leurs temps faibles et tirent le meilleur profit de leurs  bons passages. « Elles font preuve de maturité, de rigueur, de discipline. Elles ne commettent pas d’erreurs de jeunesse... contrairement à nous. Parfois nous manquons de concentration, d’implication, de communication » compare l’entraîneur artésien. Après un premier quart temps spectaculaire et équilibré (23-23, 10’), Arras signe dix minutes de haut niveau. Adroites, Marginean (19 points), Akonga (16 points) et Mitchell (18 points) trouvent des ouvertures au terme d’actions collectives habilement bâties. Les locales comptent jusqu’à sept unités d’avance (32-25, 16’) mais, avec sang froid, Challes laisse passer l’orage pour limiter la casse (36-32, 10’). « En première période, nous avons été bons en défense, dans les changements de stratégie, mais nous avons manqué de précision en attaque. Si on n’avait pas raté quelques  paniers faciles, nous aurions pu être à + 10 à la mi-temps. Là, le match aurait été différent... » regrette Thibaut Petit.

Obs-034.jpg

Après la pause, les visiteuses serrent les vis. Déjà dominatrices à l’intérieur, elles accroissent leur supériorité dans ce domaine clef. Les grands gabarits savoyards (Page, Podrug, Mims) se régalent dans la peinture où Grishaeva est en souffrance. Cette intensité défensive et cette agressivité dans les duels coupent la voix des divas artésiennes ; il faut attendre cinq minutes pour voir Mitchell retrouver le la ! En fin de troisième et en début de quatrième quart temps, Arras joue quelques fausses notes dans sa raquette pour offrir huit points faciles à son adversaire. Dès lors, l’écart est creusé (47-58, 35’), la rencontre pliée. « En seconde période, nous avons joué sans trop y croire » signale Thibaut Petit. Akonga impulse bien un sursaut d’orgueil (55-60, 37’) mais, dans une fin de match rendue interminable par la multiplication des lancers francs, Challes ne tremble pas (63-70).

« Pour espérer battre une telle équipe, il nous faut 5-6 joueuses au top et de la réussite. Nous ne sommes pas si loin que ça d’elles mais nous ne sommes pas encore prêts pour ces matchs. A nous de rester soudés et d’aller chercher un résultat à Lyon : nous en sommes capables ! » affirme l’entraîneur atrébate. Le calendrier oblige en effet Arras à se déplacer chez ses rivaux et à recevoir les cadors lors de la phase aller. Un bon résultat à l’extérieur devient donc nécessaire pour ne pas plonger au classement. Avant l’important rendez-vous rhodanien, les Artésiennes accueilleront les Danoise de Cisu en Eurocoupe. « Cette compétition nous fait jouer des matchs, ce qui permet au groupe de progresser, au collectif d’évoluer. Et les victoires nous donnent de la confiance ! » conclut Thibaut Petit.

Obs 037 Il faut trois joueuses de Challes pour arrêter super Pauline !

 

Basket8

 Nadia Grishaeva n'a pas eu un match facile face aux grands gabarits de Challes

 

Tag(s) : #Championnat 2011-12

Partager cet article

Repost 0