Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que la reprise de l'entraînement est prévue pour mercredi soir, voici une interview sous forme d'abécédaire du président Monneret, réalisée pour l'Observateur du 10 août.

 

 

A comme aventure : le trajet Arras-Lourdes en scooter.MonneretArrasLourdes4.jpg

J'avais parié avec les partenaires que je réaliserai Arras-Lourdes en scooter si Arras remportait cinq matchs d'affilée en Ligue. L'équipe a accompli cette performance en 2008 donc, même si j'ai mis un peu de temps, je tiens parole. A Arras Pays d'Artois, on fait ce que l'on promet. Nous partons à huit, avec des partenaires du club, dimanche matin – trois en scooter, un à moto et quatre personnes en voiture pour l'assistance. Le périple durera sept jours.

 

B comme bilan 2010/2011.

C'est mi-figue, mi-raisin. Le parcours européen a été positif. C'était magique, notamment l'engouement que cette aventure de haut niveau a suscité. En championnat, avec 13 victoires et 13 défaites, ce fut décevant. Nous étions dans la moyennes, sans plus. On espère faire mieux.

 

C comme coach. Un nouvel entraîneur, Thibaut Petit, est arrivé.

Il a dix ans de coaching en Belgique et en Suisse derrière lui mais il va découvrir la Ligue française. Nous pensons que c'est la bonne personne au bon endroit. Il a deux ans de contrat avec comme objectif de qualifier Arras pour la Coupe d'Europe à la fin de l'année.

 

D comme départs.

Le départ de Marielle Amant pour Bourges s'inscrit dans sa logique, dans son parcours. Quand elle avait signé pour deux ans, elle savait qu'elle nous quitterait à l'issue de ce contrat. Nous aurions aimé gardé Olesia Malashenko mais nous n'avons pas les moyens financiers de rivaliser avec Chevataka. C'est dommage car elle va encore évoluer... et nous n'en profiterons pas. Jo Gomis va à Nantes pour des raisons sentimentales, pour se rapprocher de son fiancé, volleyeur qui jouera dans la même ville. Quant à Sarah Michel, elles voulait vivre une autre aventure et peut-être retrouver Laurent Buffard, le coach qui l'a lancée.

 

E comme Eurocoupe.Après la finale en 2011, quel est l'objectif pour cette année dans cette compétition ?

Nous sommes dans un groupe compliqué. Nous voulons passer le premier tour et être encore en lice en janvier 2012 pour les huitièmes de finale.

 

F comme France. Qu'avez-vous pensé du parcours de l'équipe de France à l'Euro ?

C'était plutôt très bien. Elle a réalisé un bon parcours. Je tiens à signaler que les Russes ont encore répondu présent, malgré un départ poussif. Individuellement, j'ai apprécié Émilie Gomis, très performante, qui a retrouvé le niveau d'avant sa blessure. La deuxième partie d'Euro de Clémence Beikes a été intéressante, dans un rôle de l'ombre. Et bien sûr, il y a Gruda, là c'est vraiment un ton au dessus. Par contre, j'ai été déçu par Dumerc, que j'ai trouvé en dessous de son potentiel.

 

G comme gestion.

En à peine trois quarts d'heure notre audition de contrôle a été réglée : nous sommes dans les clous, sans problème. Notre budget, serré certes, est bien tenu. Il est de 1,450 million. Nous n'avons pas été plombés par l'Eurocoupe, qui a été bien gérée, avec un bilan équilibré. Pour notre deuxième participation, nous ferons encore mieux.

 

 

H comme honneurs. Médaille de la ville pour le parcours européen d'Arras, médaille du Tour de France dans le cadre de vos activités professionnelles : que d'honneurs !

Reception 5391Ce ne sont surtout pas des réussites individuelles. Ces honneurs sont collectifs. La médaille de la ville est pour le club, même si le président est mis en avant. Dans le cadre du Tour, cette récompense est celle des gens qui bossent avec moi. Ce sont de vrais pros ! Le travail et la réussite sont collectifs ! L'individuel ne m'intéresse pas, c'est le partage de la réussite qui est important.

 

I comme Internet. Au moment de la finale de l'Eurocoupe ou du départ de Bruno Blier, les réseaux sociaux et les blogs ont servi de caisse de résonance aux mécontents.

Avec du recul, je me rends compte que les gens ont mis beaucoup d'affectif dans leurs réactions. Ce qui est logique car l'affectif est très important dans le club. Ça ne me contrarie donc pas. Par contre j'ai été marqué par l'intolérance et les jugements. Ça, je ne l'admets pas.

 

J comme journalistes.

Il n'y a pas de problème. Je ne fais pas d'ingérence. Les journalistes sont libres d'écrire et de penser ce qu'ils veulent. Je leur demande juste d'être fidèle aux propos et aux événements.

 

K comme KO. Quel événement vous a laissé KO depuis l'accession d'Arras en Ligue.

Photo 052La défaite en demi-finale de Coupe de France contre Montpellier cette année. Les portes de Bercy nous étaient ouvertes, nous avions les cartes en main à la fin... et nous avons perdu. C'est rageant car aller à Bercy est un vrai objectif.

 

L comme Ligue. Quel est votre pronostic pour la saison qui arrive ?

Premier, Bourges. Deuxième, Montpellier. Troisième, Tarbes. Je ne cite pas les relégables même si j'ai ma petite idée...

 

M comme Malashenko. En jouant contre Chevataka, Arras va retrouver son ancienne intérieure.

Féroce

C'est un plaisir de la retrouver. Elle a marqué Arras. Dans les soirées, elle mettait l'ambiance, elle participait aux festivités. C'était quelqu'un de proche. Et retourner à Chevataka, c'est excitant. La demi-finale contre ce club a été un grand moment, quelque chose d'exceptionnel.

 

N comme Nouveautés. Faut-il s'attendre à des nouveautés pour la saison 2011/12 ?

Nous allons tirer les enseignements des loupés de l'année dernière lors de la vente des places pour la finale d'Eurocoupe. Il y aura désormais une pré-vente pour les abonnés lors des matchs de coupe d'Europe. Les Atre'basks auront aussi un quota de 150 places qu'ils pourront vendre aux personnes de leur choix.

 

O comme objectifs.

Être européen et passer le premier tour en Eurocoupe.

 

P comme partenaires.


Nous espérons arriver à 100 partenaires – au moins – à Noël. Nous en avions 92 en juin et là nous sommes à 97.

 

Q comme qualification. N'est-ce pas quelque peu dévalorisant que Union Hainaut, neuvième du championnat, soit qualifié pour l'Eurocoupe ?

Ce n'est pas aberrant. La France est un pays dont le championnat est bien coté. Le neuvième français vaut certainement le troisième slovène ou hongrois. Le problème serait de qualifier de mauvaises équipes... et ce n'est pas le cas.

 

R comme recrues.

A l'exception de Cousseins-Smith et de Tchangoue, nos recrues sont inconnues en France. Soana Lucet sera une vraie révélation. Elle vise l'équipe de France dans un an. Pour Gabriela Marginean, je prends les paris. Je la suis depuis un an et demi. Ce sera la grande révélation étrangère de la Ligue... si elle s'habitue à la vie française. Nadezhda Grishaeva est un pari. Elle a un potentiel qui ne s'est pas encore exprimé. Elle était au Spartak Moscou où ses stats étaient bonnes quand elle avait du temps de jeu. Il lui faudra passer de la vie à Moscou à celle à Arras...

Cette façon de recruter, sous forme de paris, est une tradition, une marque de fabrique du club. Nous sommes obligés de procéder ainsi pour des raisons financières. Nous devons être différents et imaginatifs.

 

S comme supporters.

Foule

Nous allons les soigner encore plus. Je reviens sur la vente des places de la finale. Je ne pense pas avoir mal fait... Nous avons sous-estimé l'engouement, qui nous a dépassés. C'était involontaire, nous n'avions pas de mauvaise intention. Toutes nos excuses.

 

T comme Tételin. Y aura-t-il des aménagements dans la salle ?

Un nouveau panneau d'affichage va être installé. Il sera comme celui de la finale de l'Eurocoupe, avec le nom des joueuses. C'est important pour le public, pour favoriser la lecture du match. Une première tribune rétractable, derrière les panneaux, devrait être installée fin 2011 – début 2012. La deuxième le sera pour le début de la saison 2012/2013..

 

U comme ultime. Quel est votre rêve ultime en tant que président d'Arras Pays d'Artois ?

Quand je passerai la main, je voudrais que le club soit plus beau que quand je l'ai pris. Le but ultime est aussi de disputer l'Euroligue, même si, en raison du budget et des structures, ce n'est pas encore pour l'année prochaine. Laissons-nous le temps, encore deux ou trois ans, pour apprendre.

 

V comme vacances.

Mes vacances, ce sont ces neuf jours en scooter pour aller à Lourdes. Mais je considère les déplacements pour le basket et le Tour de France comme des moments différents, ce qui est pour moi la définition des vacances. Ça compense.

 

W comme WNBA.

mitchell_mip2_100826.jpg

Leilani Mitchell est ravie. New York, son club, est troisième. S'il reste à cette place nous avons une chance d'avoir Leilani pour l'Open mais si le classement s'améliore, elle ne reviendra que le premier octobre. Mais, dans tous les cas, elle sera contente de revenir car elle s'ennuie d'Arras... qu'elle adore ! Elle sera d'ailleurs sans doute la première joueuse à atteindre la barre des 1000 points en Ligue – saison régulière et play off – dans l'histoire d'Arras Pays d'Artois. Ce sera un événement et nous marquerons le coup !

 

X comme facteur X. Quel est le petit plus qui permettrait à Arras de franchir encore un pallier ?

Ce pourrait être de sentir dès le premier match l'engouement que nous avons connu à partir des quarts de finale de la coupe d'Europe. Et si cet engouement pouvait être plus fort encore...

 

Y comme Youpee. Quel est l'événement qui vous a donné le plus de joie en tant que président du club de basket ?

LRFin.jpg

Notre première victoire en coupe d'Europe contre Namur. Nous tenions tellement à faire bonne figure dans cette compétition que ce succès a été un soulagement. Nous ne voulions pas passer pour des incapables. Nous nous demandions si nous méritions d'être en coupe d'Europe, de jouer dans la cour des grands. Sinon, l'Open en 2006, contre Bourges, reste un grand souvenir. C'était notre premier match en Ligue.

 

Z comme zéro. Depuis l'accession en Ligue, Arras a remporté zéro titre. A quand le premier ?

Remporter un titre est un souhait, pas une obsession. J'aimerais gagner la coupe de France... Mais un succès repose sur tellement de petites choses... C'est tellement aléatoire. J'espère en tout cas que je serai encore président quand nous soulèverons un trophée.

Tag(s) : #Interviews

Partager cet article

Repost 0