Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monneret.jpg

Lors de la traditionnelle présentation des Demoiselles, Jean-Louis Monneret, dans son discours d'ouverture, s'est montré particulièrement vindicatif. Ému et visiblement marqué par les aléas d'une dernière saison difficile, le président a sorti l'artillerie lourde. "Je vais désormais me consacrer à ceux que j'aime et qui m'aiment. Que les autres aillent se faire voir !" Mais, avant d'aller se faire voir, les autres se sont fait rhabiller. La première rafale a été pour Thibaut Petit, l'ancien coach artésien, dont la "trahison" a plongé le club dans la désolation. Le dirigeant lui a reproché de s'être dédouané du recrutement, d'avoir voulu couper Mitchell puis Evans ou d'avoir critiqué l'achat des LED. Jean-Louis a regretté que certains aient cru le technicien et l'aient soutenu lors de son éviction. "Les vautours du Web", protégés par l'anonymat, ont été aussi visés, avant que les salves ne se dirigent vers "l'assureur et l'architecte" - ce pourrait être le titre d'une fable ! - à la tête, l'hiver dernier, d'une cabale contre le président. "Bien sûr que suis mégalo ; il faut l'être pour être président !" admet Monneret qui réfute fermement les accusations de "gestion calamiteuse". Si Arras est toujours en Ligue, si Arras est bien noté par la FIBA c'est, justement, grâce à son organisation saine ! "J'ai passé des nuits blanches et des jours noirs" conclut l'homme fort du club qui cite ensuite le grand philosophe Gérard Jugnot : "Ils ne nous ont pas empêché de réussir, mais ils ont gâché la fête !"

Tag(s) : #Présaison 2013-14

Partager cet article

Repost 0