Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Episode 1 : "Monneret récolte ce qu'il a semé"

 

Certains secteurs des tribunes de Tételin frémissaient de ce bruit, qui parcourait les travées les soirs de match. Depuis lundi, la rumeur s'est transformée en réalité. Pierre Pradel, ancien sponsor d'Arras Pays d'Artois et désormais simple supporter, en conflit ouvert avec Jean-Louis Monneret, a affirmé haut et fort son désir de renverser l'actuel président. L'assureur, moqué par son rival lors de la présentation de la saison, accusé de trahison, affirme que le dirigeant est la cause de tous les maux du club : «Nous n'avons pas d'argent, se plaint sans cesse Monneret, mais depuis trois ans le budget augmente et le classement empire. Et qui est allé chercher Marc Silvert ? Et qui lui a offert son salaire ? Avec le budget actuel, nous aurions pu conserver certaines joueuses comme Jo Gomis ou Pauline Akonga, qui font le bonheur de leur nouvelle équipe.» Sur le plan financier, le rebelle se demande aussi pourquoi Alentour, la société de communication de Jean-Louis Monneret, n'est pas sponsor du club. « Les partenaires mettent leur argent alors que lui ne met rien. Même si je ne discute pas le fait que la présidence prenne beaucoup de temps, je constate que le club verse de 20 à 25000€ par an à sa boîte !  Pourquoi n'est-il pas sponsor ? » Pierre Pradel conteste aussi la gouvernance d'Arras Pays d'Artois. « Les partenaires donnent de l'argent mais n'ont aucun pouvoir. Nous ne pouvons rien faire au Conseil d'Administration ; nous n'avons pas de droit de veto ! De toute façon, le CA, qui n'a plus besoin de quorum pour se réunir, n'est pas réglementaire. Quant à la dernière Assemblée Générale, avec six personnes présentes, elle n'est pas représentative ! »

Si l'assureur parle actuellement en son nom, il affirme ne pas « être seul sur le projet. Nous sommes nombreux. » Déterminé, résolu à « ne faire aucun cadeau » à son adversaire, il est prêt à aller au bout de ses idées. « Après ce que m'a fait Monneret, les attaques personnelles et professionnelles qu'il m'a portées, je ne crains plus rien. C'est la guerre ! Les gens doivent savoir qui est réellement cet homme !» blier

Si rien ne semble devoir bouger avant les élections municipales – même si le putsch serait soutenu, voire initié, par un ou plusieurs élus actuels – Pierre Pradel a déjà réfléchi à ce que pourrait devenir le club. Pour s'occuper du domaine sportif, il a déjà un nom en tête. Bruno Blier ? « Nous sommes amis depuis 2001 » se contente-t-il de répondre à cette suggestion. Au niveau de la structure administrative, il aimerait mettre en place une présidence tournante, le poste étant occupé chaque année par une personne différente. Enfin, sur le plan économique, il aimerait trouver de nouveaux partenaires pour « compenser les départs récents. » Et de conclure : «Monneret récolte ce qu'il a semé ! Il y a un gros potentiel à Arras mais quand ça ne va pas, il faut agir ! »

 

Episode 2 : "La tentative de putsch est avortée"

Open-de-la-Ligue-2013-8239.JPG

Par l'intermédiaire d'un communiqué de presse, le Conseil d'Administration du club a réitéré sa confiance au président Monneret. "Et comme c'est le CA qui nomme le président , on continue comme ça ! Mais Pierre Pradel devait se douter de cette issue car il a aussi interpellé les élus, qui lui ont répondu : ils soutiennent le club car Arras Pays d'Artois fait les choses dans les règles de l'art et conformément à ses statuts. La tentative de putsch est donc avortée. Mais je pense qu'en déclenchant cette affaire un lundi Pierre Pradel avait une visée stratégique : en nous forçant à réunir le CA, il savait qu'il me ferait manquer Top Chef, mon émission préférée. C'est là le pire dans cette histoire !"

Le dirigeant s'est aussi expliqué sur les liens entre le club et sa société. "Les propos de Pierre Pradel sont à la limite de la diffamation. Ma boîte assure les prestations pour qu'elles reviennent moins cher au club. Je les facture entre 25 et 30% en dessous du prix du marché, comme en atteste une étude faite en 2011 auprès d'autres agences de la région. De toute façon nos conventions et contrats sont entérinés par notre commissaire au compte, qui peut alerter le tribunal de commerce en cas d'anomalies. Si j'arrêtais cette prestation - appréciée de tous à Arras et ailleurs - le club serait pénalisé. Je suis dans le bénévolat intégral !"

Tag(s) : #Championnat 2013-14

Partager cet article

Repost 0