Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Herrscher1

Première recrue d'Arras, Floriane Herrscher, intérieure de 1,87 m, née en 1984 à Colmar, vient de Calais, où elle a bouclé une saison consistante (13 points, 6,4 rebonds pour une évaluation moyenne de 16,6). Passée par Charleville, Sceaux, Reims, elle a déjà connu la Ligue féminine avec Villeneuve d'Ascq et l'Europe avec Namur. En Belgique, elle était sous les ordres d'un certain... Marc Silvert.

 

Pourquoi avoir choisi de venir jouer à Arras ?

Avant toute chose, je suis venue pour le côté attrayant du projet sportif. Je veux aussi défendre les couleurs d'un club qui est maintenant, et depuis dix ans, une plate-forme du basket féminin.

 

Si Arras n'avait pas été repêché en Ligue, seriez-vous tout de même venue ?

Oui. Le projet sportif proposé par le club était intéressant dans les deux cas de figure.

 

Quel bilan tirez-vous de votre saison 2012/13 à Calais ?

J'ai passé une agréable saison au sein du COB, une saison avec ses hauts et ses bas., une phase régulière réussie en terminant deuxième du championnat, ce qui est synonyme de qualification pour le Final Four. Le Final Four a été plus compliqué : en terminant quatrième,  notre équipe n'a pas su proposer le même basket qu'en saison régulière. 

 

Marc Silvert vous a déjà entraînée. Que pensez-vous de lui ?

Passionné de basket, il aime vraiment ce qu'il fait. Acharné et méticuleux dans son travail ainsi que dans ses approches technique et tactique, il parvient quasiment toujours à tirer le meilleur de ses équipes.

 

HerrscherQuelles sont vos ambitions, personnelles et collectives, pour la saison 2013/14 ?

Mon ambition est de m'intégrer dans le collectif de l'équipe, d'y apporter toute mon expérience sur et en dehors des terrains. Je sais aussi qu'à travers de cette intégration je vais continuer encore à faire évoluer mon jeu.

 

Quel est votre meilleur souvenir de basketteuse ?

Je crois bien que mon meilleur souvenir reste mon accession en Nationale 2 avec mon premier, l'AS Wihr. C'est après cette expérience que j'ai pu cotoyer le niveau profesionnel. Néanmoins je reste aujourd'hui persuadée que la valeur des équipes professionnelles dépend en grande partie de la qualité des relations humaines.

 

Comment définiriez-vous votre manière de jouer ?

Je me définirai comme une joueuse adroite. J'ai consenti beaucoup d'efforts pour développer un tir fiable. La recherche de la joueuse ouverte est aussi l'un de mes objectifs prioritaires. Je suis dans l'état d'esprit de faire briller tout un collectif. 

 

 

Photos : Frédéric Caupain


Tag(s) : #Interviews

Partager cet article

Repost 0