Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo-075.jpg

Rétablie de la blessure qui l'avait privée du match contre Lyon,

Joyce Cousseins-Smith a livré une belle partie à Saint-Amand.

 

"Pourquoi avez-vous gagné ?" demande-t-on à Corinne Benintendi à l'issue du succès d'Union Hainaut contre Arras (71-68, AP). "Parce qu'on est meilleur, tout simplement" répond-elle sans sourire... avant de plus ou moins confirmer que sa répose est ironique.

Dans cette rencontre serrée, chaque équipe a alterné temps forts et temps faibles, chaque formation a eu la balle de la victoire avant les prolongations. Mais ce mano à mano nordiste s'est étiré et n'a trouvé sa conclusion que dans les dernières secondes de l'extra-time. Dommage pour Arras qui peut se mordre les doigts d'avoir balbutié aux lancers francs (11/18 contre 15/19 pour son hôte). "C'était un bon match, spectaculaire. Les deux équipes, proches au classement, étaient proches aussi sur le parquet. Il y a eu de la volonté des deux côtés.  J'espère que nous allons rester dans cet esprit là ! Notre adversaire y a cru jusqu'au bout" constatait Thibaut Petit. Son homologue acquiesçait, satisfaite du "coeur" montré par ses protégées, qui "sont allées au delà de ce qu'elles pouvaient faire, poussées par le public." Photo-088.jpg

Les visiteuses débutent bien la rencontre. Leur jeu collectif, orchestré par une Mitchell généreuse, (6 passes décisives) permet des mouvements rapides et rythmés, souvent conclus par Marginean (8 de ses 11 points dans le premier quart).  Grishaeva domine dans la raquette (12 rebonds) malgré des arbitres tatillons à son égard - à l'image d'un contre autoritaire sur Solopova sévèrement sanctionné. Comme, de plus, à l'image d'une Tchangoué volontaire, les Artésiennes serrent la vis défensivement, elles se détachent logiquement (2-9, 3' puis 8-14, 8'). Mais, peu à peu, les locales se réveillent. Houts trouve son rythme à la mène, Silbande est précieuse, Solopva apporte sa hargne et l'excellente Carter (26 points, 10 rebonds, 7 fautes provoquées pour 26 d'évaluation) se met en route. Comme Arras traverse un trou d'air, la tendance s'inverse (31-28, 20'). "Nous avons connu un passage à vide. Dans ces moments -là, notre collectif s'étiole, le ballon ne circule plus" analyse Thibaut Petit. Les difficultés artésiennes se poursuivent après la reprise. Nerveuses, à l'image de Mitchell qui conteste et écope d'une technique (26'), elles semblent en perdition (48-36, 27'). Mais, peu à peu, la zone du Hainaut se fissure. "Nous avons peu de rotations, à la différence d'Arras, et nous avons alors commencé à fatiguer. Notre défense a perdu de son efficacité " justifie Corinne Benintendi. Adroites à trois points (44% de réussite à 9/21 dont 4/7 pour Mitchell et 2/2 pour Cousseins-Smith), les partenaires de Badé grignotent leur retard. Quand, d'un shoot primé, Reghaissia égalise (57-57, 35'), la rencontre semble prête à basculer du côté des rose. Cousseins-Smith  (9 de ses 16 points dans la dernier quart) multiplie les drive et Reghaissia s'impose sous les panneaux. C'est alors que le Hainaut, refusant d'abdiquer, trouve des ressources insoupçonnées pour ne pas sombrer. A 60-61 (38'), Grishaeva ne réussit qu'un lancer-franc, après la cinquième faute de Piekarska (60-62, 38'). La Russe loupe ensuite deux shoots, conclusion décevante d'actions bien construites, qui auraient plié le match. Houts part ensuite au drive, marque (62-62, 40')... et obtient un lancer en prime... qu'elle manque. Sur l'ultime attaque - à 8 secondes du terme - Cousseins-Smith ne peut inscrire la panier de la gagne. En prolongation, malgré une Mitchell toujours solide (18 points et 18 d'évaluation), Arras souffre sur une défense hennuyère de nouveau compacte. Akonga, qui a remplacé Grishaeva, coupable de cinq fautes, égare deux nouveaux lancers francs, le premier pour prendre deux unités d'avance (64-65, 42'), le second pour égaliser (69-68, 44'). Cousseins-Smith est ensuite sanctionnée d'une faute offensive. Les locales en profitent (71-68, 45'). Il reste alors dix secondes et Thibaut Petit demande un temps mort. Mitchell  prend le tir pour arracher une deuxième prolongation... en vain ! Rageant !

Photo-078.jpg

Nadia Grishaeva a été précieuse mais a - trop - souvent été pénalisée

par des arbitres sans doute peu sensibles au charme slave !

 Photo-070.jpg

Sabrina Reghaissia a été combattive !

Tag(s) : #Championnat 2011-12

Partager cet article

Repost 0