Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Obs-040.jpg

Joyce Cousseins-Smith a été l'atout n°1 des Demoiselles

 

A 24 secondes de la fin, Arras mène de tois points (68-65) contre Tarbes et semble tenir une victoire prestigieuse. Mais, l'excellente intérieure Neaves, toute seule, signe un tir primé - son premier de la saison ! - qui remet les deux équipes à égalité (68-68). Sur l'attaque suivante des Demoiselles, l'omniprésente Neaves (21 points pour 27 d'évaluation) contre Joyce Cousseins-Smith : prolongations ! Cinq minutes de jeu plus tard, les Artésiennes, malgré leur coeur énorme, échouent à un point après une ultime tentative ratée d'Akonga (75-76). 

Thibaut Petit, déçu, ne digère pas ces derniers instants du temps réglementaire : "Neaves ne doit pas prendre ce tir. A ce moment du match, on ne doit pas faire d'aide, il faut rester en un contre un et faire faute éventuellement à la fin de la possession. C'est un manque de concentration. Peut-être aussi un manque de maturité, non, plutôt d'intelligence ! J'étais sûr que nous ne commetrions pas une telle erreur. Nous avions les clefs pour l'emporter, nous avions tout en main. Quant au shoot de Pauline, c'est anecdotique..." En écho, Joyce Cousseins-Smith, auteur d'une partie somptueuse (23 points  dont 3/3 à trois points, 25 d'évaluation) ajoute : "Nous avons manqué de lucidité." Pour Pascal Pisan, le coach adverse, la victoire de ses protégées vient de " notre maîtrise et de notre mental d'acier... en plus de notre supériorité aux rebonds, qui est la base de tout succès."

Avant ce final haletant, Arras-Tarbes a été une rencontre passionnante, traversée de nombreux rebondissements. Jamais linéaire, le cours du match n'a cessé de changer. La victoire a hésité entre les deux camps, a penché tantôt vers les locales, tantôt vers les visiteuses. Pourtant, à la fin du premier quart temps, le scénario semblait écrit (8-22, 10' puis 8-24, 11', écart maximal). Obs-029.jpg

Tarbes, intenable, volae dans la foulée d'un cinglant 0-10 initial.  "On ne peut pas se permettre de commencer ainsi contre une équipe comme ça. Dans les sept premières minutes, je ne sais pas où on était. On ne suivait pas les consignes, on n'était pas collectif : c'était un massacre !" admet Thibaut Petit. Mitchell, en difficulté, écope de trois fautes devant une Salagnac en ballade. Lepron, agressive, distribue passes décisives et coups bas devant une Tchangoue en souffrance et une Badé discrète. Les débats changent d'âme avec l'entrée de Cousseins-Smith et, à un degré moindre, de Grishaeva. La meneuse, véritable pile électrique, relance les sienne. La Russe (8 rebonds au total) apporte une certaine présence dans la raquette. Poussée par une salle Tételin comble et enthousiaste, les Demoiselles mettent dès lors une agressivité incroyable dans chaque action, des deux côtés du terrain. Marginean, divine, invente des paniers invisibles aux communs des mortels (24 points et 24 d'évaluation). Arras, pour la première fois, pointe en tête (34-33, 20'). Il faut un tir au buzzer pour permettre aux Tarbaises de virer en tête à la pause (34-35, 20') : l'avance des Pyrénéennes a fondu sous le feu des assauts artésiens. "Nous nous sommes battues pour revenir. Nous avons mis de l'énergie et un gros rythme offensivement" souligne Krissy Badé. "Le public nous a poussés pour revenir de très belle manière. Je suis très fier de notre réaction" apprécie Thibaut Petit.Obs-067.jpg

Après un troisième quart temps équilibré (49-51, 30'), Arras attaque l'ultime période avec son cinq de départ. La sanction est immédiate : les Demoiselles encaissent un 0-7 (49-58, 33'). Admirables d'abnégation, les locales profitent du retour  sur le terrain de Cousseins-Smith pour, une nouvelle fois, recoller au score. La Sétoise place deux shoots primés : sur le premier, son équipe égalise (61-61, 37'), sur le deuxième, elle pointe à  + 3 (66-63, 39'). Vient ensuite la terrible dernière minute...

Chez les Tarbaises, la joie est à la hauteur du soulagement. Pascal Pisan parle d'"exploit. Peu d'équipes gagneront ici, face à cette formation très forte, qui met de l'agressivité dans tout ce qu'elle fait."  Ces compliments n'altèrent pas la tristesse arrageoise."C'est très dur à encaisser" se lamente Krissy Badé, les traits tirés. "C'est frustrant, je suis hyper frustrée" ajoute Joyce Cousseins-Smith, dont le visage est en totale contradiction avec le prénom. Même son excellente prestation personnelle ne la réconforte pas... Mais, pour tous, cette courte défaite face à une grosse armada "expérimentée, qui joue l'Euroligue" (Krissy Badé) doit être la base de conquêtes futures. "Ce match  va nous servir, nous devons apprendre de ce revers, rester solidaires et relever la tête" exhorte Joyce Cousseins-Smith. Son coach est sur la même longueur d'onde : "Derrière ce match nous allons être plus forts, nous nous appuierons sur cet échec. On va revivre ce type de scénario : si nous faisons deux fois la même chose, c'est que nous sommes bêtes !"

 

Obs-015.jpg

Les prières de Thibaut Petit seront restées vaines !

 

Obs-068.jpgSi ce shoot de Pauline Akonga entre, Arras gagne...

 

Obs-064.jpgPremière apparition arrageoise en match officiel de Soana Lucet...

 

Obs-041.jpg... et d'Alexia Rol

 


Tag(s) : #Championnat 2011-12

Partager cet article

Repost 0