Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arras-Montpelleir-8947.JPG

En l'absence de Coulibaly, Djalbi-Tabdi a eu du temps de jeu (19') et en a profité

pour faire du bon travail.

 

Fortement diminuée par les absences de Coulibaly (genou) et Krawczyk, Arras n'a rien pu faire contre une équipe de Montpellier taillée pour l'Euroligue et les hauteurs du championnat (60-81). "Ce - 20 est logique" admettait Marc Silvert qui pointait les manques habituels de ses protégées : "nous ne maîtrisons pas le ballon (23 pertes) bien que  nous travaillions ce point à l'entraînement. L'agressivité de l'adversaire explique en partie ce fait mais nous sommes très maladroits. Notre tir à trois points est aussi défaillant et notre adresse extérieure décline à chaque match. Anaël Lardy et Dawn Evans doivent augmenter leur niveau de jeu !" Et comme les Artésiennes, d'entrée, ont souffert à l'intérieur où Sacko (13 points) et Robert (17 points, 7 rebonds) s'amusaient de leurs errements défensifs, l'issue de la rencontre, très vite, n'a plus fait le moindre doute (9-20, 6'). Arras-Montpelleir-8929.JPG

Solidaires aux rebonds, malgré la présence de l'immense Ciak (11 prises), les Artésiennes se montraient toutefois combatives et refusaient de céder sans lutter. Djalbi Tabdi (13 points) s'affirmait sans complexe dans la raquette, Herrscher (12 points, 9 rebonds) signait une prestation solide, Mihailova pesait (10 points, 6 rebonds) et Lardy, courageuse (10 rebonds), s'efforçait de mettre de l'ordre dans le jeu arrageois (8 passes). MArras-Montpelleir-8934.JPGais, au retour des vestiaires, les visiteuses, jugeant sans doute que la récréation était finie, tapaient un grand coup sur la table. Elles passaient un 0-10 qui leur offrait une marge confortable (40-49, 25' puis 40-59, 27'). Christon, jusqu'alors discrète, trouvait la cible (12 points, 19 d'évaluation) et Skrela montrait toute l'étendue de son talent (15 points). Evans, touchée au nez (fracture ?), regagnait les vestiaires. "Le combat s'est arrêtée faute de combattants. Je n'ai pas de marge de manoeuvre. Je suis obligé de faire appel aux jeunes... et ce n'est pas à elles d'aller chercher les victoires" constatait, vaguement amer, Marc Silvert. Les dernières minutes appartenaient donc à la classe biberon artésienne. Mara en profitait pour marquer ses deux premiers points en Ligue et Mendy pour se montrer à la mène (4 points, 1 passe).

Tag(s) : #Championnat 2013-14

Partager cet article

Repost 0