Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mosch2.jpgAlors que Novosibirsk disputait le Final Four de la Coupe de Russie - avec deux lourdes défaites contre Ekaterinburg (99-48) puis contre le Spartak (83-69) - Sheana Mosch a consacré de longues minutes à notre interview. Toujours aussi disponible, l'Américaine qui a brillé à Arras en 2007/08, est non seulement une joueuse de classe mais aussi une personne charmante.

 

Comment vit-on à Novosibirsk ?

Novosibirsk est une jolie ville. C'est la troisième plus grande ville de Russie. Mais la vie ici peut parfois être difficile, surtout à cause du froid. Quand il fait - 30° , il n'y a pas grand chose à faire hors de son appartement. Pour le basket, ce sont les voyages qui posent problème. Quand nous jouons à l'extérieur, nous devons d'abord prendre un vol de quatre heures pour Moscou. Ensuite, nous prenons un autre avion ou parfois un train, pour huit heures de trajet ! La Russie est un si grand pays !

 

Et ton chien, il se fait bien à la vie en Sibérie ?

Petie va bien, Dieu merci ! Elle s'ennuie un peu cette année car, pour la première fois de ma carrière, elle n'est pas autorisée à m'accompagner à la salle durant les entraînements. Je me sens mal pour elle car elle ne peut pas jouer au basket alors que c'est son activité préférée ! De plus, à cause du froid, nous ne pouvons pas faire de longues promenades ; elle doit donc se dépenser dans l'appartement !

 

Tu es en Europe depuis 2007. Tu as joué en France, en Turquie et en Russie. Lequel de ces pays préfères-tu ?

J'ai vraiment beaucoup aimé vivre en Turquie car les gens sont sympas et j'avais beaucoup d'amis là-bas. Mais je dirais que la France est mon pays préféré... car il y a les pains au chocolat ! Non, je blague ! La France est bien pour de nombreuses raisons. Le championnat est compétitif, les gens sont amicaux - à tous les Américains qui me disent que les Français sont mal élevés, je réponds que c'est faux - la nourriture est bonne, on voyage facilement. Je pense que la France est le pays le plus merveilleux du monde. La vie y est vraiment agréable.

 

Lequel de ces trois championnats est le plus difficile ?

Le russe est indiscutablement le plus difficile. Sur les dix équipes de cette ligue, seules deux ne sont ni en Eurocoupe, ni en Euroligue. Et presque toutes les équipes russes figurent bien dans ces compétitions. Chaque match du championnat russe est difficile et il n'y a aucun match que nous pouvons gagner tranquillement. Je pense d'ailleurs que c'est un avantage pour nous quand nous jouons en Eurocoupe car nous avons l'habitude de jouer des rencontres diffciles.

 

Tu n'as jamais joué en WNBA. Est-ce un regret ?

Je n'ai jamais essayé de jouer en WNBA même si je pense en être capable. C''est après ma saison à Arras que j'en ai eu le plus envie mais ce n'était pas possible à cause de ma blessure au pied. Comme je suis encore jeune et rapide, je pense pouvoir y jouer avant ma retraite si je le veux.  Mais, en réalité, je n'ai pas un grand désir de jouer en WNBA car j'aime être libre l'été pour voyager et être avec ma famille et mes amis.

 

Pourquoi avoir quitté Arras en 2008 ?Mosch4.jpg

J'ai quitté Arras car je voulais vraiment jouer dans une équipe qui disputait l'Euroligue. Je pensais que c'était pour moi le niveau suivant auquel me confronter. Je voulais jouer contre certaines des meilleures équipes du monde. Ca a été difficile pour moi de quitter Arras mais j'étais vraiment heureuse d'aller à Montpellier car je restais en FrRance;

 

Quels souvenirs gardes-tu d'Arras ?

Mes meilleurs souvenirs d'Arras sont les "frites maison et les boulangeries" (en français dans le texte). Rires. Comme ça tu sais ce que je mangerai quand je serai à Arras ! J'ai tant de bons souvenirs, que ce soit avec mes coéquipières ou les entraîneurs. Tout ce qui concerne Cissou est formidable car je pense qu'elle est l'une des meilleures personnes du monde ! J'ai surtout aimé jouer au golf avec elle, Sylvie et Natasha et jouer aux fléchettes avec Bruno et Jean-Louis - Bruno est terrible ! Je me souviens aussi de partie de lasergames avec mes coéquipières, de notre fête de fin de saison à Challes, avec Anaïs, Marielle et Natasha et, bien sûr, de nos belles victoires, à l'extérieur contre Villeneuve ou à domicile contre Mondeville.

 

As-tu encore des contatcs avec des joueuses de cette période ?

La seule joueuse de mon équipe qui est encore à Arras c'est Marielle. Je suis excitée à l'idée de la revoir car c'est quelqu'un de vraiment charmant. Je suis très amie avec Natasha et  j'étais très contente de passer du temps avec elle le mois dernier quand nous nous sommes affrontées en Eurocoupe. Anaïs est ma meilleure amie française... Je suis impatiente de la revoir !

 

Le président Monneret dit qu'il y a un lien spécial entre vous. Peux-tu définir votre relation ?

Le jour de mon arrivée à Arras, on nous a emmenées, Petie et moi, à la salle pour prendre des photos pour le journal. Jean-Louis arrive à son tour pour que nous soyons pris en photo ensemble. Nous nous asseyons l'un à côté de l'autre et on me dit : "c'est ton ami, c'est le président. Assieds-toi un peu plus près de lui !" Donc, je me rapproche. Là quelqu'un ajoute : "et c'est lui qui te paie !" Alors là je saute directement sur lui, je  passe mes bras autour de son cou pour un gros câlin et je dis : "c'est mon meilleur ami !". Nous avons bien ri ! Ainsi, dès le premier jour, nous avons eu une bonne relation. Jean-Louis m'était d'un tel soutien ! Chaque fois que je le voyais je pouvais sentir l'affection qu'il avait pour moi. Après nos matchs, quand je parlais aux supporters et signais des autographes, je le cherchais toujours pour recevoir son accolade, voir son sourire et l'entendre me dire que j'avais bien fait mon travail. J'avais avec lui une relation spéciale, bien meilleure que celles que j'ai eues avec les autres présidents de mes clubs. Et nous avons toujours cette relation aujourd'hui. A chaque fois que je le vois, je ne l'appelle jamais Jean-Louis mais toujours "mon meilleur ami".

 

Tu as joué l'Eurocoupe et l'Euroligue. Quelle est la différence entre ces deux compétitions ?

Il y a une grande différence entre elles. L'Euroligue réunit les meilleures équipes d'Europe. Pour bien figurer dans cette épreuve, il faut avoir  d'excellentes joueuses à chaque poste. Si les meilleures formations d'Eurocoupe prenaient part à l'Euroligue, il y aurait de grandes chances de les voir éliminées dès le premier tout !

 

Mosch1.jpgPour toi, l'Eurocoupe est-elle une vraie compétition ?
Je participe à cette compétition pour la troisième fois. Elle m'est donc familière ! L'année dernière j'ai perdu en finale avec Orenburg. Je pense que cette année l'Eurocoupe n'est pas aussi forte que par le passé. Je le dis car je connais la plupart des équipes qui sont en lice depuis le début.  Je suis surprise de voir certains clubs arriver si loin alors que je connais leur niveau de jeu. Je crois que le final four sera un peu plus faible cette année mais c'est bien car certaines équipes auront des possibilités de l'emporter.

 

Qu'attends-tu de ton retour à Arras ?

J'espère voir beaucoup de visages souriants, recevoir beaucoup de bisous et d'innombrables câlins. Ce que j'attends le plus c'est juste de pouvoir jouer de nouveau dans cette salle devant tous  ces supporters. Depuis trois ans, depuis que j'ai quitté Arras, je dis à tout le monde, dans chaque équipe dans laquelle je joue, que les meilleurs supporters dans le basketball féminin sont à Arras, en France. J'ai une telle foi dans ces supporters que je sais que, même si je joue contre eux, ils me montreront de l'amour, m'applaudiront et m'encourageront. La loyauté dont ils font preuve à mon égard depuis que j'ai quitté Arras est fabuleuse ! Je suis impatiente d'y être !

 

Comment vois-tu ce quart de finale ?

Ce seront deux matchs difficiles. Il sera nécessaire pour nous de gagner par un gros écart à Novosibirsk car Arras joue toujours bien à domicile. Arras a ccertains avantages sur nous mais nous ferons notre possible. Bruno doit réfléchir pour trouver comment contrecarrer notre "arme secrète" pour nous battre. Sourire.

 

Que connais-tu de l'actuelle équipe d'Arras ?

Je connais la plupart des joueuses et je connais Bruno.  C'est une équipe qui se bagarre... et il est toujours difficile de jouer contre ce type d'équipe.

 

Et demain un petit bonu sera mis en ligne !

 

 

Tag(s) : #Interviews

Partager cet article

Repost 0