Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Malgré son jeune âge - il est né en 1980 - Thibaut Petit a déjàà une longue expérience du coaching. Blessé, il s''est dirigé vers le banc à 18 ans à Belleflamme (1998-2002). Il passe ensuite assistant à Huy (D2 belge, champion en 2004). En 2004, il prend les commandes de Spiron Charleroi (ligue féminine belge). Après d'autre changements de clubs (retour à Huy, passage à Liège), il dirige le Dexia Namur, découvre l'Euroligue et démissionne six mois plus tard (décembre 2005). Marié et père de deux enfants, il se rend ensuite en Suisse, à Neuchâtel.  De 2006 à 2008, il dirige les garçons (champion en 2007, coupe en 2008) puis les filles (coupe en 2009). De 2009 à 2011, il est à la tête de Monthey. EN 2008, il  aussi été assistant de l'équipe nationale féminine belge. Ouf...

Désormais entraîneur d'Arras, Thibaut Petit a accepté de répondre à nos questions. Très disponible et ouvert, il n'a pas hésité à nous rappeler après que nous lui ayons laissé un message. Interview téléphonique !

 

thibaut petitPourquoi être venu à Arras ?

Le projet m'intéressait. Arras est un club de haut niveau, avec une belle renommée en France... et qui commence à être connu en Europe. Ce club a un bon public et des valeurs identiques aux miennes. Lors de mes entretiens, j'ai senti un esprit de famille, une bonne atmosphère. De plus le président est un passionné. Enfin, en Suisse, je travaillais tout seul et là je vais pouvoir m'appuyer sur un staff. Je vais être bien entouré.

 

N'est-ce pas gênant de devoir travailler avec un staff que vous n'avez pas choisi ?

Même si je ne peux pas encore l'affirmer, je pense que ça va bien se passer. Le président et le vice-président recrutent des personnes avec un bon état d'esprit. Je ne pense pas qu'il y aura de soucis. J'ai déjà eu des contacts, plutôt bons,a vec mon assistante.

 

Quels sont vos objectifs pour la saison ?

Même si ce sera très difficile, même si de nombreux équipe de la Ligue française y prétendent, je vise une qualification européenne chaque saison.

 

Chaque saison ? Vous vous installez dans un projet à long terme ?
J'ai un contrat de deux ans. Je ne veux pas être dans le court terme. J'espère poursuivre le travail qui a été accompli avant moi. Je compte travailler avec les jeunes. J'aime leur contact et je compte m'investir dans cette voie. En Suisse, j'ai mis sur pied des séances pour les enfants le matiin, avant l'école ! Construire prend du temps...

 

Y a-t-il de l'inquiètude à passer de la Ligue suisse à la Ligue française, que vous ne connaissez pas ?

C'est un nouveau challenge... pour lequel je n'étais pas sûr d'être choisi ! La facilité aurait été de rester en Suisse, à Monthey, là où j'étais ou à Lugano, le champion, avec qui j'avais une touche. Je ressens donc un bon stress. Cest positif, excitant. Je suis très motivé, je vais regarder les vidéos des matchs de la saison dernière. Je me met en place !

 

Vous n'aurez pas vraiment choisi l'effectif. Ca vous dérange ?

Je suis heureux d'être à Arras, de ne plus être tout seul de pouvoir travailler en équipe, de communiquer. Avec le président, nous travaillons. J'ai confiance car les années précédentes le recrutement a été bien fait. Leilani Mitchell est toujours là, ce sera le moteur de l'équipe.

 

Et le reprise, c'est pour quand ?

Ce week-end je serai à Bourg en Bresse avec mon assitant... que je verra dès demain. Je serai très rapidement sur Arras pour mettre tout ça en place ! 

Tag(s) : #Interviews

Partager cet article

Repost 0