Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carmona.jpg

Aurélie Carmona, auteur d'une prestation solide (12 points à 71% de réussite en 21 minutes)

est ici face à l'excellente Iva na Matovic (17 points en 22 minutes)

 

Malgré toute sa bonne volonté, Arras n'a rien pu faire face à Fenerbahce (59-88), sans doute la meilleure équipe jamais vue à Tételin. "Les deux  formations n'ont pas les mêmes ambitions. Chez elles , le danger vient de partout. Nous étions en difficulté dans chaque duel. Face à de telles joueuses, la moindre erreur se paie cash... et, elles, des erreurs, elles n'en commettent pas !" énumérait Thibaut Petit, conscient d'avoir affronté un adversaire intouchable. "La différence était grande... il suffit de regarder le score" assénait Olesia Malashenko, fatiguée. Les Turques ont de plus montré une adresse sidérante (62,5 %) dans le sillage d'une Vardali écoeurante de classe et d'aisance (15 points à 82,7% de réussite). Roberto Iniguez, le coach stambuliote, exigeant et obsédé par la victoire ("je veux gagner tous les matchs, je déteste la défaite") regrettait toutefois que ses joueuses "n'aient pas été meilleures en défense." Exigeant, l'Espagnol vainqueur de l'Euroligue 2012 avec Valence !

Toujours en tête, les Turques ont signé un 0-8 d'entrée pour, au plus vite, éteindre tout espoir artésien. Dés qu'Arras recollait un tant soit peu (14-18, 7', suite à deux inspirations à trois points de Carmona ou 23-27, 13'), les visiteuses serraient leur jeu, augmentaient l'intensité des débats et, très vite, reprenaient le large. Dominatrices dans la raquette (39 à 26) où régnait Verameyenka (9 rebonds, 14 points), supérieures dans l'expression collective et capables d'actions aussi spectaculaires qu'efficaces, elles récitaient un basket chatoyant... même avec une Pondexter loin d'être sensationnelle. Dès la mi-temps (28-47), la cause était entendue.

Pondexter.jpgArras a toutefois offert une troisième période consistante, parvenant à arracher le nul (22-22) sur ces dix minutes. Evans, Malashenko ( "intéressante" pour Thibaut Petit), Touré ("sept bonnes minutes, comme à Perpignan. Depuis qu'elle joue poste 2, sans passage à la mène, ça va mieux") et Halilovic rivalisaient avec les cadors adverses... mais au prix d'une excessive débauche d'énergie. La note tombait dès le début du quatrième quart temps : impitoyables, les Turques assénaient un cinglant 0-18 (53-69, 31' puis 53 - 87, 38'). Les Demoiselles, sous le feu, multipliaient les fautes, Carmona puis Malashenko devant quitter le parquet. Dans ces dix ultimes minutes, elles n'ont inscrit que 9 points. Les derniers instants, des deux côtés, ont été donnésaux jeunes et aux remplaçantes.

"Nos premiers et troisièmes quarts temps ont été intéressants mais ensuite nons cédons physiquement" signalait le coach arrageois, qui rappelait qu'il s'appuie sur un groupe jeune et amputé de deux éléments, Dabo - jusqu'à la fin de la saison -  et Badé, "qui nous manque vraiment. Sans elle, l'adversaire a trop de liberté à l'aile." Malgré l'ampleur du score, Thibaut Petit n'en voulait aucunement à ses joueuses qui "ont montré un bon état d'esprit et l'envie de bien faire. L'attitude a été positive : les filles se sont battues jusqu'au bout." Le coach a aussi apprécié "notre bon travail collectif, notre circulation de balle." Il faudra s'appuyer sur ces qualités pour aller décrocher un résultat à Aix. En Provence, la rencotnre sera moins glamour mais o combien plus importante !

Malashneko3.jpg

Olesia Malashenko joue... Krissy Badé Non !

L'Ukrainienne a joué une demi-heure, inscrivant 12 points.

 

Dijon.jpg8 points et 8 rebonds pour Sandra Dijon.

Tag(s) : #Euroligue 2012-13

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :