Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arras-Villeneuve-8733.JPG

Anaël Lardy a signé une grosse prestation. En vain...

 

C'est un Marc Silvert abattu qui revient sur la défaite de d'Arras face à Villeneuve (59-63). "Il nous a fallu trois minutes pour perdre le match !" regrette-t-il, faisant référence au 11-0 encaissé d'entrée, dans un triste remake du match de Coupe de France contre le même adversaire. L'écart a très vite grandi, pour atteindre les 18 unités (13-31, 17') fruit notamment du travail de titan de Sanni (18 points). "C'est une question d'approche mentale. Nous n'étions présents ni en attaque, ni en défense. Nous avons pris trop de shoots extérieurs. Nous avions la tête vide. Le plan de jeu a été bafoué" peste le technicien artésien. Mais, après cette entame catastrophique, les Demoiselles ont trouvé les ressources pour revenir dans la partie, dans le sillage d'une Lardy de gala (7 passes, 17 points, 0 ballons perdus pour 23 d'évaluation). Dominatrices au rebond (45 à 35, dont 14 pour Coulibaly contre 9 pour Meessemann), les locales "se sont fait violence, poussant Villeneuve presque à la rupture" dixit Marc Silvert. "Nous leur laissons la possibilité de revenir après notre bonne entame, en rythme. Nous avons perdu des ballons, manqué des tirs faciles. Mais nous savions que ce ne serait pas facile. Quand Arras prend feu, le public pousse les joueuses... et les joueuses, comme Lardy ou Evans, poussent le public. Peu d'équipes viendront gagner ici" analyse Frédéric Dusart.

Arras-Villeneuve-8752-copie-1.JPG

Dans une ambiance des grands soirs, entre fanfare des Z'Hurlants et tambours des Atre'basks", Arras grignote son retard, malgré un petit trou d'air en début de troisième quart temps. Les Demoiselles recollent à un point (45-46, 30') et prennent même les devants sur un tir de Mihailova (47-46, 31'). Mais elles commettent alors d'impardonnables erreurs défensives, laissant notamment Halilovic (16 points) aller trois fois d'affilée au lay up. "Je ne sais pas si c'est un manque d'attention ou de culture basket. Il me faudrait 15 temps morts par match !" peste Marc Silvert, qui aimerait aussi pouvoir compter sur une shooteuse à trois points. "Aujourd'hui, nous sommes à 2/13 à trois points ! C'est famélique.Avec une joueuse adroite dans cet exercice, on gagnait ce match, comme celui de Mondeville ! Nous avons un potentiel intérieur solide mais nous n'avons pas d'alternance." Frédéric Dusart, lui, apprécie la "lucidité, la sérénité de mon équipe. Nous avons su garder nos nerfs. A la fin, nous avons joué sur Halilovic, qui nous a sorti la tête de l'eau."

Dans les trois dernières minutes, les deux formations prennent successivement une légère avance (55-56, 57-58, 59-58 puis 59-61). A 10 secondes du buzzer, Herrscher a le shoot, ouvert, de l'égalisation ; elle le manque !

"Nous avons mené une course poursuite effrénée qui s'est mal terminée. Je voulais un supplément d'âme ; il est venu mais trop tard ! Villeneuve a été pragmatique et rigoureux, d'entrée, mais ne nous a pas été supérieur. J'aurais préféré perdre de 20 points" conclut Marc Silvert.

Arras-Villeneuve-8755.JPG

Après une première période quelconque, Dawn Evans s'est ressaisie.

Tag(s) : #Coupe de France 2013-14

Partager cet article

Repost 0