Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grishaeva1

 Un gros match pour Nadia Grishaeva qui n'avait pourtant pas la tâche facile

face  aux intérieures de  Montpellier !

 

"C'est un de nos meilleurs matchs de la saison" appréciait Thibaut Petit après... la défaite concédé à domicile face à Montpellier (72-80). Contre l'armada méditerranéenne, les Demoiselles ont en effet livré une belle partie, alliance de courage, de maîtrise collective (17 passes décisives) et d'énergie défensive. "Nous n'avons jamais été à l'aise. C'était ric-rac aux entournures. Arras est une équipe très dangereuse, qui joue vite et met du rythme. Je ne suis pas inquiet pour le maintien de cette formation" reconnaissait Valéry Demory, soulagé. Le coach visiteur était d'autant plus satisfait que ses protégées, profitant de la défaite de Challe, s'emparent seules de la tête du classement.

Cette rencontre haletante et souvent spectaculaire a basculé du côté de l'équipe la plus mature, la plus sereine. Les Héraultaises ont su gérer leurs moments difficiles et s'extirper sans trop de casse de leurs temps faibles. De plus, elles ont montré une adresse plus grande au shoot extérieur, domaine où Arras a souffert (23% à trois points). "Ces points nous manquent. Nous avons eu de beaux mouvements, de bons renversements pour attaquer leru zone mais les shoots, pourtant bien pris, étaient ratés. Pour l'emporter contre une équipe comme Montpellier, une grande réussite est nécessaire" regrettait un Thibaut Petit déçu mais content de la prestation de ses joueuses qui "n'ont pas lâché et essayé de tout donner." Obs-014-copie-1.jpg

En début de rencontre les locales souffrent à l'intérieur où Dijon, phénoménale, inscrit les dix premiers point des siennes (7-10, 4'). Arras, avec un collectif solide bien mené par une Mitchell inspirée, accepte le combat. Grishaeva (7 de ses 19 points à 8/10 dans le premier quart temps, 11 rebonds et 29 d'évaluation) et Akonga (8 de ses 15 points dans les 10 premières minutes) valident les mouvements bien pensés de leur formation (23-14, 9'). Mais une perte de balle d'une naïveté sidérante relance Montpellier (23-20, 10') qui signe ensuite un deuxième quart temps tonique. Les visiteuses alternent alors leurs défenses et mettent leurs adversaires en difficulté. Les Artésiennes baissent de rythme, se focalisent sur la raquette et souffrent, notamment devant Lelas. Un 0-11 permet aux Sudistes de passer en tête (29-23, 11' puis 29-29, 13' et 29-34, 14'). Arras est désormais contraint de courir derrière le score ; jamais les Demoiselles ne pourront revenir. Mais, même quand l'écart semble impossible à combler, jamais elles ne renoncent.  Toujours, elles reviennent sur les talons de leurs rivales(40-51, 20' puis 52-55, 25' ou 55-68, 30' puis 72-74, 38'), portées par une salle chaude comme rarement cette saison. Certes, comme le reconnaît Thibaut Petit, "on n'est pas au niveau de Montpellier dominateur physiquement, où chaque élément, du "starting five" ou du banc, est dangereux et où la puissance intérieure est impressionnante", mais les locales ont fait trembler le nouveau leader. Qu'a-t-il manqué alors pour arracher la victoire ? Des nerfs plus solides et plus d'expérience, sans doute. A chaque possession décisive, à chaque possibilité de mettre Montpellier sous pression, les partenaires de Badé ont failli. Là une perte de balle de Marginean, là un shoot de Cousseins-Smith qui hésite sur le cercle avant de glisser à côté, les ballons clefs ont été mal négociés. Dans le camp adverse, Lawson, elle, ne tremble pas : quand Arras recolle à 72-74, elle signe deux tirs primés pour mettre un point final aux débats (72-80). La classe d'une internationale ! " Nous doutons et nous cherchons toujours un succès contre un top 4. Dans les instants, décisifs, ça joue !" conclut Thibaut Petit.

 

 

Mitchell

 Si Leilani Mitchell a signé une belle performance (15 points, 5 passes et 7 rebonds

pour une évaluation de 19), c'est bien Edwige Lawson qui a gagné le match des meneuses !

 

Akonga1.jpg

Il est toujours aussi difficile d'arrêter Pauline Akonga !

 

Lawson

 Et le sourire d'Edwige pour finir !

Tag(s) : #Championnat 2011-12

Partager cet article

Repost 0