Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dernière joueuse recrutée par Arras, Alexia Rol (22 ans, 1,75 m) va découvrir cette année la Ligue féminine. La  jeune arrière native de Lausanne évoluait l'année dernière à Limoges (Ligue 2) où elle a signé des stats honorables (7,5 points en 19 minutes). Elle est arrivée en Artois sur les conseils de Thibaut Petit qui l'a coachée à Neuchtâtel. "C'est une grosse bosseuse, une fille qui a faim" dit d'elle l'entraîneur.

Alexia a fait preuve de disponibilité pour répondre en détail à nos questions. Un grand merci  à elle !

Alexia Rol

Est-ce la devise d'Alexia sur son T-shirt ?

 

Peux-tu revenir sur ton parcours de joueuse de basket ?
J'ai commencé le basket à 8 ans, à Pully, en Suisse, ville où j'habitais. Je fais toute mes classes dans ce même club. A 18 ans, et après avoir passé mon bac, je suis parti jouer à Neuchatel, qui était un club qui grandissait, qui avait une bonne structure d'entrainement et qui jouait la coupe d'Europe. C'est là bas que j'ai été entraînée par Thibaut Petit. On a fait deux très bonnes saisons, avec plusieurs titres en Suisse et quelques belles victoires en coupe d'Europe.
Je suis restée deux ans à Neuchatel, et suite à la faillite du club à la fin de la saison 2008-2009 et à une déchirure du ligament croisé au genou, je suis restée 6 mois sans club, me concentrant sur ma rééducation. J'ai repris la compétition à Sierre et on a gagné les 3 titres possibles en suisse (coupe, coupe de la ligue, championnat).
Suite à ça, j'ai décidé de partir en France en profitant du fait d'avoir la double nationalité, pour jouer dans un championnat disputé par plus d'équipes et donc plus intéressant. Je me suis retrouvée en L2 à Limoges.

 

Penses-tu pouvoir franchir la marche qui sépare la ligue  2 française et la ligue suisse de la Ligue féminine et de l'Eurocoupe ?

Je pense que la marche est grande mais je suis prête à l'affronter. Mon but est de progresser pour un jour la passer.

 

RolComment ton arrivée à Arras s'est-elle faite ?
J'ai eu Thibaut Petit comme entraîneur il y a 4 ans et je l'avais beaucoup apprécié, comme technicien et comme personne. Je pense que c'est le coach qui m'a le plus appris. Quand il m'a proposé de rejoindre Arras, je n'ai pas hésité très longtemps, surtout que la Ligue 1 française est l'un des meilleurs championnats. C'était une trop belle opportunité pour la laisser passer.

 

Comme tu viens de le dire, tu as déjà été entraînée par Thibaut Petit. Que peux-tu nous dire de lui ?

C'est quelqu'un de passionné par le basket, qui aime lavictoire et donc le travail et encore le travail. Il aime jouer collectif et tactique.

 

Quelles sont tes premières impressions sur tes coéquipières après une dizaine de jours d'entraînement ?
L'équipe prend forme tout doucement. Pour le moment, l'ambiance est bonne et tout le monde travaille dur aux entraînements. Je n'ai rien à dire sur le niveau de l'équipe, car je ne connais pas les autres équipes françaises, mais il est sûr que l'on a encore beaucoup de travail pour les trois prochaines semaines.

 

Qu'attends-tu de cette saison, personnellement et collectivement ?
Personnellement, mon objectif pour cette saison est de progresser et de prendre les minutes que je peux gagner sur le terrain. J'aimerai progresser sur mon shoot et devenir plus forte physiquement pour pouvoir jouer à ce niveau.
Collectivement, je pense que l'on peut faire un beau parcours ensemble. Mais de nouveau, ne connaissant pas bien le championnat français, c'est difficile de donner mon avis.

J'ai lu que tu étais internationale suisse. Quelles sont les objectifs de ta sélection nationale ?
Il faut savoir que pendant environ 7 ans, il n'y a pas eu d'équipe nationale suisse féminine en basket à cause d'un budget insuffisant. Cela fait maintenant 4 ans qu'ils ont décidé de la remettre en place. C'est un procPhoto-011.jpgessus qui prend du temps, mais la structure et l'équipe progressent. Nos objectifs de cette dernière campagne en division B étaient de finir premier de notre groupe - on a pris la deuxième place. Mais avec la reformulation du championnat d'Europe et de la suppression de la division B, on sait que les prochaines campagnes vont être dures. L'objectif est de faire de notre mieux pour donner un peu plus d'importance au basket suisse féminin et de le faire évoluer dans tout le pays.

 

Que penses-tu de la ville d'Arras... si tu as eu un peu le temps de la découvrir ?
C'est une petite ville, plutôt jolie et accueillante. En plus, elle est bien située, avec Lille et Paris qui ne sont pas très loin. Par contre, on est au mois d'août et on pourrait se croire en automne !

A côté du basket, tu poursuis ds études de droit. Vers quelle profession penses-tu te diriger après ta carrière sportive ?
En fait je poursuis mes études d'économie. Pour le moment, il y a deux domaines, très différents, qui m'intéressent. Le domaine de l'événementiel et celui de la psychologie du travail. Je suis donc des cours de psychologie par correspondance.

 

Une courte interview spéciale suisse d'Alexia sera mise en ligne jeudi !

 

Photo-002.jpg

Alexia regarde vers les sommets !

Tag(s) : #Interviews

Partager cet article

Repost 0