Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BasketArras-Charleville.jpg

Toute la détresse de Dawn Evans, pourtant auteur d'un match brillant

 

A l'issue du revers d'Arras face à Charleville (66-70), le président Monneret s'est présenté en salle de presse. A la question de savoir si cet échec était celui de trop, c'est à dire celui qui scellait le sort de Thibaut Petit, il a répondu : "C'est une défaite supplémentaire, comme contre Tarbes ou à Toulouse. Il ne se passera rien avant la trêve : à cette date, il nous faudra quatrBasketArras-Charleville5.jpge victoires. Comme d'habitude, je ne réagis pas à chaud mais il y a des questions à se poser. Il faut regarder le pourquoi de ces neufs défaites de suite, même si je mets à part l'Euroligue."

La cause essentielle de cette nouvelle désillusion tient dans l'état physique des Demoiselles. Toutes sont fatiguées, Carmona joue blessée et d'autres reviennent juste après une longue absence, telles Malashenko et Badé. Les joutes européennes, couplées aux déplacements, coûtent une énergie folle aux Arrageoises qui finissent les matchs exsangues. "Nous méritions de l'emporter mais nous avons craqué physiquement dans le dernier quart temps. Nous n'avions plus de jus, plus de pêche" regrettait un Thibaut Petit marqué. Dans une partie tendue, l'écart entre deux équipes pareillement rongées par le doute a toujours été infime. Arras n'a jamais compté plus de six points d'avance, son adversaire plus de sept ! Dès que l'une des deux formations se détachait, elle était incapable de tuer la partie. Quand les visiteuses ont pointé à + 7 (29-36, 18'), leurs hôtes ont aussitBasketArrasCharleville2.jpgôt réagi : Halilovic a égalisé sur le buzzer (36-36, 20'). Et quand les Artésiennes, profitant d'un troisième quart temps solide, ont semblé prendre le large (53-47, 31'), elles ont commencé à peiner, à montrer les premiers signes de fatigue. Bonnan (8 rebonds et 13 points) et les siennes se sont engouffrées dans la brèche. "Charleville n'a rien changé mais nous avons alors été battus dans tous les duels. De plus, les filles, par manque de lucidité, n'ont pas respecté certaines consignes" signalait Thibaut Petit. Vaillantes et impliquées, les Demoiselles ont toutefois contesté jusqu'au bout le succès ardennais. Dans le sillage d'une Evans adroite (23 points avec un 5/11à trois points), elles y ont cru jusqu'aux dernières secondes. Mais la meneuse américaine, alors que le score était de 66-68, a mal joué l'ultime attaque. Dépitée, elle était inconsolable après la rencontre. "Elle a manqué d'expérience. Elle est toujours en phase d'apprentissage mais, comme elle est intelligente, ça viendra vite" analysait son entraîneur. 

Inférieur dans la peinture, malgré la grosse partie de Dijon (13 points, neuf rebonds) qui a fini sur les rotules, Arras a été parfois friable en défense, laissant des espaces aux gâachettes Bouderra (14 points) et Mosch (20 points, 4/7 à trois points). "70 points concédés  à la maison, c'est trop !" admettait Thibaut Petit. Les progrès observés dans le jeu offensif et l'abnégation des filles, illustrée par le match opiniâtre d'Halilovic, n'ont pas suffi : la cinquième défaite consécutive des Demoiselles en Ligue les place dans la zone de relégation.

BasketArras-Charleville3

Toute la hargne de Sandra Dijon n'aura pas suffi...

 

Tag(s) : #Championnat 2012-13

Partager cet article

Repost 0