Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Bourges, Arras - avec sept filles sur la feuille, Ajanovic restant en survêtement - a livré un match solide et intelligent, courageux et malin. Malgré un plan de jeu cohérent - une grosse dose de défense de zone et une volonté de pousser ses possessions au plus près des 24 secondes - les Demoiselles se sont inclinées au Prado sur un score (67-51) qui ne révèle pas la physionomie des débats.

Les Berruyères, longtemps, très longtemps, se sont cassé les dents sur la zone artésienne. Maladroites à l'extérieur, à l'image d'une Dumerc bien loin de sa stratosphère londonienne, incapables de trouver des solutions intérieures, les stars tango n'ont pas brillé. A l'issue du premier quart temps, les visiteuses étaient en tête (11-14). A la pause, elles ne comptaient qu'un point de retard (25-24) grâce notamment à un tir primé de toute beauté de Dabo. Agressives, présentes au rebond, dans le sillage d'une Dijon à qui la moutarde est montée au nez lors d'une altercation avec Diallo les partenaires d'une Krissy Badé admirable (12 points) luttaient sans complexe, certes au prix de quelques rudes interventions. Mieux, au coeur du troisième quart temps, les Artésiennes regardaient de haut leurs adversaires (31-35, 25'). Un exploit prenait-il forme ? Bourges, en grande équipe, haussait alors son niveau, profitant aussi des nombreuses fautes sifflées conte Arras et d'un début de fatigue bien légitime. Kaltsidou et Ballardini prenaient leurs responsabilités. Précises, elles permettaient aux locales de s'offrir une bonne bouffée d'air frais, conséquence d'un sévère 14-4 (45-39, 29'). Dans les dix dernières minutes, après un ultime sursaut (45-42, 31'),les Demoiselles, sans jamais renoncer, pliaient.... mais ne rompaient pas. Elles revenaient d'un - 8 (53-45, 34') pour revenir à un souffle (53-49, 36') malgré une adresse en berne.

Enervé par des coups de sifflet arbitraux parfois excessifs, Thibaut Petit a alors écopé d'une technique, juste après la cinquième faute de Dijon. Une intentionnelle d'Halilovic a enrichi cette collection, fille de la frustration. La rencontre était jouée (58-49, 37'). Au buzzer, Dumerc a enfin inscrit son premier trois points pour donner au tableau d'affichage une allure flatteuse (67-51).

L'héroïne des Jeux était soulagée : "Nous savons qu'Arras sait faire déjouer son adversaire et imposer un faux rythme. Comme nous n'avions pas eu de réussite au tir, leur zone nous a posé problème. Même si nous manquons encore de collectif, notre défense est bonne : les laisser à 51 points, c'est bien !"

Quant à Arras, dans le lignée de son match contre Basket Landes, il a montré du coeur et de la cohérence. Contre une équipe moins expérimentée que Bourges, ce coktail, pour peu qu'il soit saupoudré une pincée d'adresse, devrait porter ses fruits. A goûter contre Mondeville, samedi soir à la salle Tételin ?

 

A noter qu'Arras a posé des réserves suite à la non qualification d'Ajanovic - un mail aurait été reçu pendant le match annonçant que, finalement, elle aurait pu jouer... Dans le même style, la nouvelle venue Bacharova a d'abord été qualifiée... avant de ne plus l'être. C'est quand même compliqué le côté administratif du basket...

Tag(s) : #Championnat 2012-13

Partager cet article

Repost 0