Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

imagesAvant d’affronter Basket Landes, ce soir, nous avons interviewé Julie Barennes, l’ancienne capitaine arrageoise aujourd’hui à Saint Sever.

 

Quels souvenirs gardes-tu de tes deux années passées à Arras ?

Ce sont deux bonnes années… même si, en raison d’une blessure, je n’ai pas du tout joué la première saison, ce qui est difficile. Mais j’ai vécu de bons moments, dans et hors basket.

 

Gardes-tu des contacts avec certaines joueuses arrageoises ?

Dans le basket, on reste toujours en contact entre joueuses. Je connais bien Jo Gomis, même si on n’a pas joué ensemble à Arras et j’ai souvent des nouvelles de Cissou, la coach adjointe.

 

Au vu de la belle saison 2009/10 d’Arras, as-tu des regrets de ne plus y jouer ?
Je suis très contente pour Arras qui s’est donné les moyens de déranger le championnat, de titiller les gros. Ca ne fait pas de mal. Mais je n’ai pas de regrets, non, je suis très heureuse à Basket Landes.

 

Quand tu es arrivée à Arras, tu avais été internationale dans les catégories de jeunes – où tu t’étais constitué un joli palmarès – et tu étais l’une des recrues phare du club. Et là, à l’été 2007, tu subis une grave blessure. Comment as-tu vécu ce coup d’arrêt ?

Ma blessure a été une expérience. Quand on est une sportive de haut niveau à l’arrêt, on redevient une personne normale. On se voit alors d’une autre manière. Mais, après un an sans jouer, c’est difficile de revenir.

 

Comment juges-tu ton  début de saison ?

J’estime avoir fait un bon début de saison avant d’être un peu fatiguée. Mais le principal, c’est l’équipe… et elle roule bien. Toutes les filles ensemble, ça tourne !

 

Et celui de l’équipe, donc ?

Le championnat est homogène. Il est intéressant, excitant. Il n’y a pas, comme les années précédentes, deux parties distinctes, le haut et le bas du tableau. Toutes les équipes peuvent gagner… ou perdre contre n’importe qui. Basket Landes compte quatre défaites – contre les gros – et cinq victoires. Ce n’est pas mal, c’est positif. Il reste des matchs importants (Arras, Montpellier) avant la fin de l’année. Ce seront des matchs clef !

 

Appréhendes-tu le match de ce soir contre Arras ?

Ah non, il n’y a pas du tout d’appréhension… à la différence de l’année dernière où je jouais contre Arras pour la première fois depuis mon départ du club. C’est un match important, mais sans aucune connotation. Et voilà….

 

Quelles sont les forces et les faiblesses d’Arras ?

Je connais la majorité des joueuses. A Arras, il y a beaucoup de talent individuel, chez Mitchell, Gomis, Akonga… Elles sont fortes dans les un contre un, agressives. Par contre, elles sont peut-être mois rodées collectivement. Elles ont plus de mal dans le collectif.

Tag(s) : #Interviews

Partager cet article

Repost 0