Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Akonga.jpg

 13 points, 5 rebonds mais aussi 6 balles perdues pour une Pauline Akonga

qui a semblé quelque peu fatiguée.

 

Malgré la fatigue consécutive au déplacement triomphal en Russie, malgré l’évidente décompression qui suit un exploit, malgré l’accumulation des rencontres, les Demoiselles d’Arras ont trouvé l’énergie pour s’imposer à Calais (60-69) hier après-midi.

Arnaud.jpgDans ce derby toujours très chaud, Arras signe un excellent début de rencontre, fruit conjoint de sa dynamique positive et de l’étonnante apathie de ses hôtes. « Nous sommes très bien entrés dans le match, avec quinze premières minutes de qualité qui nous ont permis de prendre 20 points d’avance » se félicite Bruno Blier. Akonga et Gomis, 7 et 6 points dans le premier quart temps, puis Malashenko et Michel, 11 et 6 points dans la période suivante, se chargent de creuser cet écart, qui culmine à 23 unités (15-38, 16ème). Très vite, le coach artésien fait souffler ses cadres et envoie sur le parquet les habituelles remplaçantes. Mais, peu à peu, Calais, autour d'une défense resserrée, retrouve son agressivité traditionnelle. Le moteur des visiteuses, faute d’essence dans le réservoir, commence à hoqueter. Les combinaisons se font hésitantes et l’adresse aléatoire. Les duels tournent à l’avantage du COB. Dans le troisième quart temps, Arras ne marque ainsi que six petits points ! Maladroites mais courageuses dans la raquette (33 rebonds contre 23 aux visiteuses), les Maritimes grignotent leur retard. « Notre qualité de jeu a baissé après la mi-temps. Nous étions usées physiquement, à l’image de Leilani Mitchell, très fatiguée. Et, en face, elles ont joué plus dur, parfois à la limite. Mais c’est leur marque de fabrique... Nous avons bien maîtrisé cette rencontre » sourit Bruno Blier. Le match prend en effet une tournure très physique comme peuvent en témoigner Marielle Amant, en vol plané dans les panneaux publicitaires, et Krissy Badé, dont la nuque claque sur le sol. L’ailière finira sa journée à l’hôpital local pour des radios de contrôle de la nuque...

Maillot.jpgDans une salle Calypso colonisée par les Artésiens, la tension monte au fur et à mesure de la remontée calaisienne. Cibert, impressionnante de vaillance, se bat comme une diablesse quand Gruszczynki, l’ex Arrageoise (14 points) et Sinico (14 points) permettent au COB de revenir à un souffle de leur adversaire (58-62, 40ème). Une antisportive de Cibert met un terme au suspense. Désabusées, les Calaisiennes accumulent alors les fautes, sous les vivats moqueurs des Atre’bask ; elles sont punies d’une litanie de lancers francs (60-69).

Alors qu’Arras se replace en championnat et brille en Eurocoupe, les filles de la Côte d’Opale, elles, sont presque condamnées à la Ligue 2. Cette descente priverait les Arrageois de ces confrontations tendues avec leur meilleur ennemi...

 

 Bade.jpg

Avant de partir à l'hôpital pour une radio de la nuque,

Krissy Badé avait signé une partie honnête.

 

Cibert1-copie-1.jpg

 Teigneuse, agressive, certes, mais Aurélie Cibert

est avant tout une excellente basketteuse,

n'en déplaise aux supporters arrageois !

Tag(s) : #Championnat 2010-11

Partager cet article

Repost 0